Le secteur laitier est particulièrement touché par les conséquences de l'épidémie de coronavirus et la situation économique des fermes laitières est fragilisée, souligne la Fugea. La crise entraîne notamment des pertes de débouchés et des problèmes logistiques pour les industriels. "Les éleveurs sont alors utilisés comme variables d'ajustement: ils doivent diminuer leur production tout en acceptant un prix à la baisse", ajoute la fédération. "La situation est donc tendue, voire insoutenable financièrement pour de nombreuses exploitations." Les mesures annoncées par la Commission européenne, dont les aides au stockage privé et la dérogation aux règles du droit de la concurrence, ont tardé à être annoncées, ajoute encore la Fugea. La fédération souhaite que la future politique agricole commune (PAC) intègre des mesures structurelles pour réguler le marché européen du lait et des autres secteurs. (Belga)

Le secteur laitier est particulièrement touché par les conséquences de l'épidémie de coronavirus et la situation économique des fermes laitières est fragilisée, souligne la Fugea. La crise entraîne notamment des pertes de débouchés et des problèmes logistiques pour les industriels. "Les éleveurs sont alors utilisés comme variables d'ajustement: ils doivent diminuer leur production tout en acceptant un prix à la baisse", ajoute la fédération. "La situation est donc tendue, voire insoutenable financièrement pour de nombreuses exploitations." Les mesures annoncées par la Commission européenne, dont les aides au stockage privé et la dérogation aux règles du droit de la concurrence, ont tardé à être annoncées, ajoute encore la Fugea. La fédération souhaite que la future politique agricole commune (PAC) intègre des mesures structurelles pour réguler le marché européen du lait et des autres secteurs. (Belga)