Les plaignants expliquent avoir en vain tenté de faire remonter une série de dysfonctionnements vers le conseil d'administration par le biais de l'administrateur délégué Jean-Jacques Van de Berg. Outre sa révocation, ils réclament également que celui-ci soit condamné à payer 2.750 euros de dommages et intérêts, un montant à verser à la Fondation.

L'avocat de la partie adverse parle de "traîtrise", expliquant que les deux ex-administrateurs ont confié des données confidentielles à une vétérinaire impliquée dans une autre action contre la Fondation.

Les plaignants expliquent avoir en vain tenté de faire remonter une série de dysfonctionnements vers le conseil d'administration par le biais de l'administrateur délégué Jean-Jacques Van de Berg. Outre sa révocation, ils réclament également que celui-ci soit condamné à payer 2.750 euros de dommages et intérêts, un montant à verser à la Fondation.L'avocat de la partie adverse parle de "traîtrise", expliquant que les deux ex-administrateurs ont confié des données confidentielles à une vétérinaire impliquée dans une autre action contre la Fondation.