Au début du mois de janvier, le mouvement Extinction Rebellion (ER) avait fait part de son intention de venir manifester et d'organiser des blocages au Salon de l'auto, un événement organisé par la Fédération de l'automobile et du cycle (Febiac). Après l'échec d'une négociation à l'amiable (Febiac proposait un stand à ER en échange de l'abandon des actions prévues), la Fédération avait obtenu une ordonnance sur requête unilatérale afin d'empêcher quiconque d'entraver ou de ralentir la circulation des visiteurs du salon, sous peine d'une astreinte de 10 euros. In fine, des manifestations avaient eu lieu au salon et 185 personnes avaient été arrêtées administrativement. Extinction Rebellion, qui avait tenté de faire annuler cette ordonnance, vient d'échouer. Le juge des référés du tribunal de première instance a donné raison à la Febiac. Le tribunal n'a pas non plus suivi ER qui voulait que le juge se prononce sur la légitimité de leurs actions. Enfin, ER, qui réclamait 29.000 euros à la Febiac pour procédure téméraire et vexatoire, devra payer les frais de procédure s'élevant à 2.400 euros. (Belga)

Au début du mois de janvier, le mouvement Extinction Rebellion (ER) avait fait part de son intention de venir manifester et d'organiser des blocages au Salon de l'auto, un événement organisé par la Fédération de l'automobile et du cycle (Febiac). Après l'échec d'une négociation à l'amiable (Febiac proposait un stand à ER en échange de l'abandon des actions prévues), la Fédération avait obtenu une ordonnance sur requête unilatérale afin d'empêcher quiconque d'entraver ou de ralentir la circulation des visiteurs du salon, sous peine d'une astreinte de 10 euros. In fine, des manifestations avaient eu lieu au salon et 185 personnes avaient été arrêtées administrativement. Extinction Rebellion, qui avait tenté de faire annuler cette ordonnance, vient d'échouer. Le juge des référés du tribunal de première instance a donné raison à la Febiac. Le tribunal n'a pas non plus suivi ER qui voulait que le juge se prononce sur la légitimité de leurs actions. Enfin, ER, qui réclamait 29.000 euros à la Febiac pour procédure téméraire et vexatoire, devra payer les frais de procédure s'élevant à 2.400 euros. (Belga)