Selon la déléguée, la direction a ensuite expliqué que les productions du site de Gosselies avaient la caractéristique, par rapport à celles d'autres sites, de pouvoir être délocalisées. Ce qui est choquant, c'est que dans le même temps la direction a confirmé que le site carolo était compétitif, a déploré Cathy Verhaeghe. Au cours de la réunion, les syndicats ont également obtenu la confirmation que ce seraient bien Thierry Hansen, l'administrateur délégué de l'usine, et la directrice des ressources humaines du site qui seraient leurs interlocuteurs durant la procédure Renault. Les syndicats ont émis également le désir de rencontrer, au-delà de la direction locale de Gosselies, les dirigeants du groupe ou certains de leurs représentants directs. Ce pourrait être le cas lors d'une rencontre d'ores et déjà fixée le 22 septembre. "C'est important car à ce stade, on a l'impression, côté syndical, que la direction locale tente d'expliquer une fermeture qu'elle ne comprend pas elle-même", a affirmé Elmo Clemente, délégué CSC. (Belga)