Devant le bâtiment du Service Public Fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale, à proximité de la gare du Midi, les militants se sont allongés sur des lits noirs pour symboliser les accidents mortels sur le lieu de travail. "Ce nombre de décès ne diminue pas depuis des décennies, contrairement aux effectifs des inspecteurs qui vérifient le respect de la réglementation en matière de sécurité et de bien-être", ajoute Herman Fonck du syndicat chrétien. "Ils sont 133 dans toute la Belgique, cela ne suffit pas à contrôler chaque entreprise une fois tous les 26 ans." La CSC demande aux responsables politiques de modifier la législation sur les accidents de travail, pour permettre aux victimes de recevoir immédiatement une copie de la déclaration. Un document erroné ou incomplet introduit par l'employeur explique souvent le refus de l'assureur de prendre en charge l'accident du travail, d'après le syndicat. Celui-ci organisera d'autres actions ponctuelles avant le triple scrutin du 26 mai afin d'inviter les ministres et les parlementaires à s'engager pour ce changement de législation. "Ce serait déjà très efficace pour améliorer la situation", assure Herman Fonck. (Belga)

Devant le bâtiment du Service Public Fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale, à proximité de la gare du Midi, les militants se sont allongés sur des lits noirs pour symboliser les accidents mortels sur le lieu de travail. "Ce nombre de décès ne diminue pas depuis des décennies, contrairement aux effectifs des inspecteurs qui vérifient le respect de la réglementation en matière de sécurité et de bien-être", ajoute Herman Fonck du syndicat chrétien. "Ils sont 133 dans toute la Belgique, cela ne suffit pas à contrôler chaque entreprise une fois tous les 26 ans." La CSC demande aux responsables politiques de modifier la législation sur les accidents de travail, pour permettre aux victimes de recevoir immédiatement une copie de la déclaration. Un document erroné ou incomplet introduit par l'employeur explique souvent le refus de l'assureur de prendre en charge l'accident du travail, d'après le syndicat. Celui-ci organisera d'autres actions ponctuelles avant le triple scrutin du 26 mai afin d'inviter les ministres et les parlementaires à s'engager pour ce changement de législation. "Ce serait déjà très efficace pour améliorer la situation", assure Herman Fonck. (Belga)