La procédure administrative avec la Russie avait traîné et Air Belgium n'avait pas souhaité prendre le risque de se retrouver sans autorisation le 30 avril. La compagnie avait bien étudié des alternatives où la Russie n'était pas survolée. La durée du trajet aurait toutefois été rallongée d'1h30 et il aurait fallu obtenir des autorisations de survol d'autres pays, avait expliqué son CEO Niky Terzakis. Depuis lors, l'entreprise assure un programme intense de vols pour des compagnies tierces et a ainsi déjà transporté près de 10.000 passagers. Elle effectuera donc son tout premier propre vol commercial le 3 juin, entre Charleroi et Hong Kong. (Belga)

La procédure administrative avec la Russie avait traîné et Air Belgium n'avait pas souhaité prendre le risque de se retrouver sans autorisation le 30 avril. La compagnie avait bien étudié des alternatives où la Russie n'était pas survolée. La durée du trajet aurait toutefois été rallongée d'1h30 et il aurait fallu obtenir des autorisations de survol d'autres pays, avait expliqué son CEO Niky Terzakis. Depuis lors, l'entreprise assure un programme intense de vols pour des compagnies tierces et a ainsi déjà transporté près de 10.000 passagers. Elle effectuera donc son tout premier propre vol commercial le 3 juin, entre Charleroi et Hong Kong. (Belga)