"Nous demandons à Airbnb d'aligner ses conditions générales sur la législation européenne et d'être transparente en matière de prix", a affirmé la commissaire européenne Vera Jourova, en charge de la protection des consommateurs. Aux yeux de l'exécutif européen, la plate-forme créée il y a dix ans ne respecte pas à 100% la législation européenne et abuse de sa position dominante.

Ainsi, la présentation des prix d'Airbnb et la distinction entre hôte privé et hôte professionnel ne sont pas conformes aux exigences du droit de l'UE. La société trompe en outre les consommateurs en saisissant un tribunal dans un pays qui n'est pas leur État membre de résidence, indique la Commission parmi d'autres reproches formulés.

Airbnb dispose désormais d'un délai expirant à la fin du mois d'août pour présenter des propositions. Si ces changements sont jugés insuffisants, la plate-forme s'exposera à des mesures répressives.