Ce préavis de grève, qui sera effectif après huit jours, intervient à la suite des récentes informations au sujet d'une nouvelle offre de reprise de bpost sur son homologue néerlandaise, PostNL. Cette offre valoriserait cette dernière à 2,5 milliards d'euros.

La CGSP s'indigne de ce montant et de "la garantie de bpost de payer les dettes en matière de pension si PostNL ne parvenait pas à remplir ses obligations" mais, surtout, le syndicat socialiste s'inquiète qu'une telle opération puisse entraîner une privatisation de bpost en faisant passer la participation de l'Etat belge au capital sous la barre des 50%. Actuellement, celui-ci possède 50% plus une part du capital de l'entreprise publique belge.

Une privatisation aurait des conséquences négatives sur les travailleurs, met en garde le syndicat socialiste, qui rappelle que "la moitié du personnel de bpost est contractuelle".

La nature des actions qui seront menées par la CGSP secteur poste doit encore être fixée.