Les 3,5 millions d'euros dépensés du lundi 8 au dimanche 14 juin dans les restaurants via les titres-repas représentent une hausse d'environ 10% par rapport à une semaine normale. Habituellement, quelque 3,1 millions d'euros sont utilisés dans l'horeca avec des chèques d'Edenred, Monizze et Sodexo. Selon l'association VIA (Voucher Issuers Association) qui regroupe les émetteurs de chèques physiques ou électroniques, leur utilisation est d'ailleurs bénéfique pour l'économie locale et le secteur de la restauration. "Une augmentation de la valeur faciale des titres-repas, par exemple de 8 à 10 euros, entraînerait automatiquement une hausse des volumes utilisés dans nos réseaux de restaurants, mais aussi chez les boulangers et bouchers locaux, ce qui se traduirait par une augmentation de leur chiffre d'affaires et de la création d'emplois", ajoute Olivier Bouquet, président de VIA Belgique. "Cette mesure serait également positive pour le pouvoir d'achat des Belges." Thierry Neyens, président d'Horeca Wallonie, encourage également l'utilisation des titres-repas dans le secteur car ils représentent une valeur ajoutée et ont un impact significatif sur le chiffre d'affaires des restaurateurs. Pour un commerçant sur trois, les titres-repas représentent même 10% du chiffre d'affaires. (Belga)

Les 3,5 millions d'euros dépensés du lundi 8 au dimanche 14 juin dans les restaurants via les titres-repas représentent une hausse d'environ 10% par rapport à une semaine normale. Habituellement, quelque 3,1 millions d'euros sont utilisés dans l'horeca avec des chèques d'Edenred, Monizze et Sodexo. Selon l'association VIA (Voucher Issuers Association) qui regroupe les émetteurs de chèques physiques ou électroniques, leur utilisation est d'ailleurs bénéfique pour l'économie locale et le secteur de la restauration. "Une augmentation de la valeur faciale des titres-repas, par exemple de 8 à 10 euros, entraînerait automatiquement une hausse des volumes utilisés dans nos réseaux de restaurants, mais aussi chez les boulangers et bouchers locaux, ce qui se traduirait par une augmentation de leur chiffre d'affaires et de la création d'emplois", ajoute Olivier Bouquet, président de VIA Belgique. "Cette mesure serait également positive pour le pouvoir d'achat des Belges." Thierry Neyens, président d'Horeca Wallonie, encourage également l'utilisation des titres-repas dans le secteur car ils représentent une valeur ajoutée et ont un impact significatif sur le chiffre d'affaires des restaurateurs. Pour un commerçant sur trois, les titres-repas représentent même 10% du chiffre d'affaires. (Belga)