La procédure de désignation du directeur général de l'OMC a été lancée lundi. L'actuel détenteur du poste, le Brésilien Roberto Azevedo, avait annoncé le mois dernier qu'il quitterait ses fonctions le 31 août, un an avant la fin de son second mandat. Les spéculations sur les potentiels candidats à sa succession ont entre-temps débuté, et le sujet était mardi au menu d'une réunion par vidéoconférence des ministres UE des Affaires étrangères, consacrée au commerce. "Une majorité des États membres ont exprimé l'opinion que l'on devrait avoir un unique candidat européen", a expliqué le commissaire Phil Hogan à l'issue de la discussion. Mais il s'agit d'un dossier en cours qui fera encore l'objet de discussions "dans les prochaines semaines", a-t-il affirmé, soutenu dans ses propos par le ministre croate Gordan Grlic-Radman. Quant à l'éventualité de sa propre candidature, le commissaire ne s'est pas avancé mais a reconnu avoir un intérêt marqué pour le poste: "Je pense qu'il y a beaucoup de boulot à faire pour réformer l'organisation (...) Je reste dans la phase exploratoire quant à ma propre candidature. On verra la réaction des États membres quant il s'agira de prendre une décision dans les prochaines semaines". (Belga)

La procédure de désignation du directeur général de l'OMC a été lancée lundi. L'actuel détenteur du poste, le Brésilien Roberto Azevedo, avait annoncé le mois dernier qu'il quitterait ses fonctions le 31 août, un an avant la fin de son second mandat. Les spéculations sur les potentiels candidats à sa succession ont entre-temps débuté, et le sujet était mardi au menu d'une réunion par vidéoconférence des ministres UE des Affaires étrangères, consacrée au commerce. "Une majorité des États membres ont exprimé l'opinion que l'on devrait avoir un unique candidat européen", a expliqué le commissaire Phil Hogan à l'issue de la discussion. Mais il s'agit d'un dossier en cours qui fera encore l'objet de discussions "dans les prochaines semaines", a-t-il affirmé, soutenu dans ses propos par le ministre croate Gordan Grlic-Radman. Quant à l'éventualité de sa propre candidature, le commissaire ne s'est pas avancé mais a reconnu avoir un intérêt marqué pour le poste: "Je pense qu'il y a beaucoup de boulot à faire pour réformer l'organisation (...) Je reste dans la phase exploratoire quant à ma propre candidature. On verra la réaction des États membres quant il s'agira de prendre une décision dans les prochaines semaines". (Belga)