"On est là au coeur d'un système, je pense", a commenté sur LCI la ministre, interrogée sur les informations du Canard enchaîné selon lesquelles l'ancien directeur général du groupe Yves Le Masne a empoché près de 590.000 euros l'été dernier en revendant des actions, peu de temps après avoir appris la préparation du livre-enquête "Les Fossoyeurs". "Si, en plus, des personnes quittent le navire au moment où il y a des accusations, en n'acceptant pas de répondre et d'assumer des responsabilités, et au passage en se servant, là c'est grave !" s'est exclamée la ministre, évoquant son "dégoût". Après le limogeage de M. Le Masne dimanche, le groupe a nommé pdg Philippe Charrier: c'est lui qui a été "convoqué" mardi par la ministre, avec le directeur général pour la France Jean-Christophe Romersi. Les deux dirigeants "ne se remettent pas en question, ont l'air de dire qu'ils ont des explications pour tout, des preuves pour tout", a déploré la ministre. "Je leur ai bien expliqué d'abord notre colère, ma colère, mon émotion et surtout qu'ils avaient peut-être des actionnaires à rassurer, mais que moi c'est des gens, des résidents, des familles inquiètes que je dois rassurer", a-t-elle poursuivi. (Belga)

"On est là au coeur d'un système, je pense", a commenté sur LCI la ministre, interrogée sur les informations du Canard enchaîné selon lesquelles l'ancien directeur général du groupe Yves Le Masne a empoché près de 590.000 euros l'été dernier en revendant des actions, peu de temps après avoir appris la préparation du livre-enquête "Les Fossoyeurs". "Si, en plus, des personnes quittent le navire au moment où il y a des accusations, en n'acceptant pas de répondre et d'assumer des responsabilités, et au passage en se servant, là c'est grave !" s'est exclamée la ministre, évoquant son "dégoût". Après le limogeage de M. Le Masne dimanche, le groupe a nommé pdg Philippe Charrier: c'est lui qui a été "convoqué" mardi par la ministre, avec le directeur général pour la France Jean-Christophe Romersi. Les deux dirigeants "ne se remettent pas en question, ont l'air de dire qu'ils ont des explications pour tout, des preuves pour tout", a déploré la ministre. "Je leur ai bien expliqué d'abord notre colère, ma colère, mon émotion et surtout qu'ils avaient peut-être des actionnaires à rassurer, mais que moi c'est des gens, des résidents, des familles inquiètes que je dois rassurer", a-t-elle poursuivi. (Belga)