La société britannique, propriétaire des marques Vanish, Durex ou Calgon, dispose d'une filiale en Belgique dont le bénéfice a fondu de 30 à 2 millions d'euros en an. Alors qu'en moyenne, RB payait annuellement 10 millions à l'Etat belge au titre d'impôt des sociétés, elle n'en paye plus que 2,1 millions depuis 2013. Soit une perte de près de 8 millions par an pour l'Etat belge. L'explication réside dans le fait que RB a réduit sa base taxable belge, en transférant une partie de ses profits vers les Pays-Bas, où ils sont sans doute moins taxés. "RB a conclu un ruling avec les autorités néerlandaises qui permet l'exonération d'impôts de 75 % des bénéfices", affirme Oxfam. Cette logique fiscale est observée dans d'autres filiales comme en France, Australie, ou Nouvelle-Zélande, où les bénéfices ont brutalement chuté depuis 2013. (Belga)

La société britannique, propriétaire des marques Vanish, Durex ou Calgon, dispose d'une filiale en Belgique dont le bénéfice a fondu de 30 à 2 millions d'euros en an. Alors qu'en moyenne, RB payait annuellement 10 millions à l'Etat belge au titre d'impôt des sociétés, elle n'en paye plus que 2,1 millions depuis 2013. Soit une perte de près de 8 millions par an pour l'Etat belge. L'explication réside dans le fait que RB a réduit sa base taxable belge, en transférant une partie de ses profits vers les Pays-Bas, où ils sont sans doute moins taxés. "RB a conclu un ruling avec les autorités néerlandaises qui permet l'exonération d'impôts de 75 % des bénéfices", affirme Oxfam. Cette logique fiscale est observée dans d'autres filiales comme en France, Australie, ou Nouvelle-Zélande, où les bénéfices ont brutalement chuté depuis 2013. (Belga)