Le bénéfice imposable des entreprises a toutefois cru durant la même période de 47 milliards à près de 94 milliards, ce qui a entraîné une hausse des impôts perçus en termes absolus, a précisé le ministre, citée vendredi par le journal 'De Morgen', en réponse à une question du député Dirk Van der Maelen (sp.a).

Sans citer de chiffres précis, M. Van der Maelen souligne que ce sont surtout les grosses sociétés qui ont vu leur imposition diminuer. Il estime que la cause en est l'utilisation de la technique des intérêts notionnels, en réclamant leur suppression ou tout au moins leur disparition progressive.

M. Reynders a toutefois mis en garde contre toute déduction hâtive faite des chiffres. Au cours de la période 2001-2009, se sont succédées des années de haute conjoncture et de crise financière et économique.

Levif.be avec Belga

Le bénéfice imposable des entreprises a toutefois cru durant la même période de 47 milliards à près de 94 milliards, ce qui a entraîné une hausse des impôts perçus en termes absolus, a précisé le ministre, citée vendredi par le journal 'De Morgen', en réponse à une question du député Dirk Van der Maelen (sp.a). Sans citer de chiffres précis, M. Van der Maelen souligne que ce sont surtout les grosses sociétés qui ont vu leur imposition diminuer. Il estime que la cause en est l'utilisation de la technique des intérêts notionnels, en réclamant leur suppression ou tout au moins leur disparition progressive. M. Reynders a toutefois mis en garde contre toute déduction hâtive faite des chiffres. Au cours de la période 2001-2009, se sont succédées des années de haute conjoncture et de crise financière et économique. Levif.be avec Belga