Cet été, le gouvernement Michel avait décidé que toutes les entreprises de plus de 100 travailleurs devaient désigner, à partir du 1er janvier, une personne chargée d'éviter les burn-out en leur sein. Mais le projet de loi a disparu, employeurs et syndicats indiquant qu'il a été retiré après consultation des partenaires sociaux. Entre-temps, ces derniers ont développé leur propre plan au sein du Conseil national du Travail afin de faire face à ce problème de plus en plus fréquent. Ils entendent lancer des projets-tests d'une durée de 2 ans, se basant notamment sur une nouvelle organisation du travail, dans les entreprises qui le demandent. Un budget de 2 millions d'euros a été prévu à cet effet. (Belga)

Cet été, le gouvernement Michel avait décidé que toutes les entreprises de plus de 100 travailleurs devaient désigner, à partir du 1er janvier, une personne chargée d'éviter les burn-out en leur sein. Mais le projet de loi a disparu, employeurs et syndicats indiquant qu'il a été retiré après consultation des partenaires sociaux. Entre-temps, ces derniers ont développé leur propre plan au sein du Conseil national du Travail afin de faire face à ce problème de plus en plus fréquent. Ils entendent lancer des projets-tests d'une durée de 2 ans, se basant notamment sur une nouvelle organisation du travail, dans les entreprises qui le demandent. Un budget de 2 millions d'euros a été prévu à cet effet. (Belga)