Entre 2017 et 2018, les marques Saint-Feuillien ont augmenté de 6% en volumes alors que l'ensemble des Grisette ont grimpé de 15%. "La famille Friart a été avant-gardiste avec cette bière, jadis une catégorie à part entière et désormais marque protégée", commente le directeur général de la brasserie Edwin Dedoncker qui précise qu'un tiers de la croissance de l'entreprise est aujourd'hui tirée par la Grisette.

La brasserie hennuyère a lancé cette bière il y a 100 ans précisément. Après une brève interruption dans les années '70, elle a été relancée en 1985 dans sa forme ambrée originale. Aujourd'hui, la gamme se compose d'une Fruits des bois, d'une Blanche, d'une Blonde et d'une Triple présentée jeudi. Outre la Blanche bio, les Blonde et Triple répondent parfaitement aux demandes du public aujourd'hui car certifiée bio et sans gluten, situe Dominique Friart, administratrice déléguée.

Autre piste de croissance pour l'entreprise: l'exportation. La société envoie à peine la moitié de ses bières à l'étranger, là où l'ensemble du secteur brassicole en Belgique exporte 70% de sa production. "Nous ne voulons pas nous disperser de trop. Nous misons sur la France et les Pays-Bas où nous prenons le temps de raconter l'histoire de la brasserie", explique M. Dedoncker. L'Italie et les Etats-Unis "où nous sommes restés trop petits jusqu'à présent", figurent aussi parmi les destinations cibles.

La brasserie familiale Saint-Feuillien, qui a brassé quelque 52.000 hectolitres l'an dernier, emploie 32 personnes pour un chiffre d'affaires de 11,5 millions d'euros. La cinquième génération est désormais bien en place en la personne d'Ann Friart chargée notamment de la qualité des produits.