Selon le Washington Post, AMI se serait entendu avec James Cohen, PDG et actionnaire majoritaire d'Hudson Media, sur un prix de cession de 100 millions de dollars. La vente, qui n'est pas encore finalisée, permet au groupe de presse de sortir de son portefeuille un actif devenu radioactif après une série de scandales liés au président des Etats-Unis. Le Wall Street Journal a en effet révélé que le National Enquirer avait versé, en août 2016, 150.000 dollars à une ancienne playmate, Karen McDougal, pour obtenir l'exclusivité du récit de sa liaison supposée avec Donald Trump. En réalité, le magazine agissait sur ordre du PDG d'AMI, David Pecker, qui avait la ferme intention de ne jamais publier ce récit afin de protéger l'ancien promoteur immobilier, dont il est un ami de longue date. David Pecker a récemment accepté de collaborer avec la justice américaine dans l'enquête sur la possible utilisation du compte de campagne du candidat Trump pour étouffer des scandales, mais ni lui, ni le président ne se sont exprimés depuis sur l'état de leurs relations. La cession du magazine va contribuer à assainir la situation financière d'AMI. Selon l'agence Associated Press, le groupe de presse aurait enregistré une perte de 72 millions de dollars en 2018. Dans le communiqué publié jeudi, l'éditeur de presse a assuré que le National Enquirer et les deux autres titres vendus à James Cohen, le Globe et le National Examiner, dégageaient "près de 30 millions de dollars de bénéfices annuels". Selon plusieurs médias américains, sa dette dépasserait 450 millions de dollars. (Belga)

Selon le Washington Post, AMI se serait entendu avec James Cohen, PDG et actionnaire majoritaire d'Hudson Media, sur un prix de cession de 100 millions de dollars. La vente, qui n'est pas encore finalisée, permet au groupe de presse de sortir de son portefeuille un actif devenu radioactif après une série de scandales liés au président des Etats-Unis. Le Wall Street Journal a en effet révélé que le National Enquirer avait versé, en août 2016, 150.000 dollars à une ancienne playmate, Karen McDougal, pour obtenir l'exclusivité du récit de sa liaison supposée avec Donald Trump. En réalité, le magazine agissait sur ordre du PDG d'AMI, David Pecker, qui avait la ferme intention de ne jamais publier ce récit afin de protéger l'ancien promoteur immobilier, dont il est un ami de longue date. David Pecker a récemment accepté de collaborer avec la justice américaine dans l'enquête sur la possible utilisation du compte de campagne du candidat Trump pour étouffer des scandales, mais ni lui, ni le président ne se sont exprimés depuis sur l'état de leurs relations. La cession du magazine va contribuer à assainir la situation financière d'AMI. Selon l'agence Associated Press, le groupe de presse aurait enregistré une perte de 72 millions de dollars en 2018. Dans le communiqué publié jeudi, l'éditeur de presse a assuré que le National Enquirer et les deux autres titres vendus à James Cohen, le Globe et le National Examiner, dégageaient "près de 30 millions de dollars de bénéfices annuels". Selon plusieurs médias américains, sa dette dépasserait 450 millions de dollars. (Belga)