Selon le directeur financier Wim Moerman, il s'agit d'un contrat conclu en 2007, soit avant la crise financière. Celui-ci faisait partie du financement de l'achat des sites SnowWorld de Zoetemeer et Landgraaf. "Comme beaucoup d'autres PME, nous avons conclu ce type de contrat à l'époque", indique-t-il. Les entreprises avaient agi de la sorte, sur conseil de leur banquier, pour se protéger contre une éventuelle hausse des taux d'intérêts.

SnowWorld a obtenu un taux qui était égal au taux Euribor sur un mois, plus une prime de risque. SnowWorld a payé un taux d'intérêt moyen de 3,8%. Ce contrat était donc favorable si le taux d'intérêt dépassait les 3,8%. Or, cela n'a jamais été le cas depuis novembre 2008.

Selon M. Moerman, la perte enregistrée est évaluée à "plusieurs millions". Le contrat a ensuite été racheté pour 1,2 million d'euros, sur lequel SnowWorld a payé un demi-million de taux de pénalité.

Le gérant des pistes de ski néerlandaises a également présenté des chiffres semestriels positifs. Tant le chiffre d'affaires que le bénéfice brut (ebitda) ont crû de plus de 30%. Le bénéfice est supérieur à 10,5 millions d'euros. Cette croissance est due en partie au succès des sites de Zoetemeer et Landgraaf ainsi qu'à des acquisitions. Les dettes ont par compte également augmenté, passant de 30 à 45 millions d'euros. Cette année, le groupe souhaite poursuivre son développement.