A partir de samedi, chaque acteur du paysage européen des paiements devra progressivement instaurer l'authentification forte des clients. Fournir un numéro de carte de crédit (et le code CVC au dos de la carte) ne sera généralement plus suffisant. Il faudra désormais "signer" la transaction avec un lecteur de carte ou son smartphone. Des exceptions à cette exigence d'authentification renforcée resteront possibles pour les paiements sans contact en magasin, les petits montants en ligne, les parkings ou encore les virements vers des bénéficiaires "de confiance". La directive autorise par ailleurs les consommateurs et entreprises à ouvrir leurs comptes de paiement à des tierces parties, par exemple à une autre banque ou à une application qui pourrait rassembler leurs données afin de leur donner un aperçu global de leur situation. Cette possibilité avait été exploitée dès mars 2018 par KBC et CBC, qui avaient été les premières sur le marché belge à se lancer dans le "multibanking". Febelfin rappelle cependant qu'il convient de faire preuve de prudence avant d'ouvrir ses comptes à une tierce partie. La fédération invite les consommateurs à toujours vérifier l'identité de celle-ci via le site de l'Autorité bancaire européenne (ABE). (Belga)