Le 27 mai 2015, une panne électrique importante avait frappé le centre CANAC 2 à Steenokkerzeel, qui supervise le réseau aérien à 24.500 pieds (8.000 km environ), ce qui avait entraîné une totale fermeture du ciel belge pendant plusieurs heures. Des centaines de vols avaient dû être annulés et des milliers de passagers touchés.

Depuis lors, le contrôleur du réseau aérien belge Belgocontrol tente de trouver des solutions afin de pouvoir maintenir ouvert au moins une partie du réseau en cas de nouvelle panne de grande ampleur. Cela passe notamment par des accords avec des pays étrangers, comme ce fut le cas l'an dernier avec l'aéroport de Charleroi (couplé au contrôleur français DSNA) et de Liège (avec la DFS allemande).

Une solution a donc également été trouvée pour l'aéroport d'Ostende, a indiqué Belgocontrol vendredi. En cas de panne, les avions pourront être supervisés par le contrôleur aérien de Swanwick en Grande-Bretagne. Le nombre de mouvements serait néanmoins limité à six par heure dans un tel cas de figure.

Belgocontrol continue à chercher une alternative pour les aéroports d'Anvers et de Zaventem.

Le 27 mai 2015, une panne électrique importante avait frappé le centre CANAC 2 à Steenokkerzeel, qui supervise le réseau aérien à 24.500 pieds (8.000 km environ), ce qui avait entraîné une totale fermeture du ciel belge pendant plusieurs heures. Des centaines de vols avaient dû être annulés et des milliers de passagers touchés. Depuis lors, le contrôleur du réseau aérien belge Belgocontrol tente de trouver des solutions afin de pouvoir maintenir ouvert au moins une partie du réseau en cas de nouvelle panne de grande ampleur. Cela passe notamment par des accords avec des pays étrangers, comme ce fut le cas l'an dernier avec l'aéroport de Charleroi (couplé au contrôleur français DSNA) et de Liège (avec la DFS allemande). Une solution a donc également été trouvée pour l'aéroport d'Ostende, a indiqué Belgocontrol vendredi. En cas de panne, les avions pourront être supervisés par le contrôleur aérien de Swanwick en Grande-Bretagne. Le nombre de mouvements serait néanmoins limité à six par heure dans un tel cas de figure. Belgocontrol continue à chercher une alternative pour les aéroports d'Anvers et de Zaventem.