"Il ne fait aucun doute que l'AEUMC (accord États-Unis, Mexique, Canada) et l'accord avec la Chine vont ajouter de la croissance de manière significative", a déclaré Steven Mnuchin sur Fox News, qualifiant l'accord avec Pékin de "traité historique". "Nous nous attendons avec impatience à une économie en bonne santé en 2020", a-t-il également déclaré. Alors que les chiffres de la croissance du dernier trimestre 2019 seront dévoilés le 30 janvier, il a rappelé que le gouvernement s'attendait pour l'an passé à une croissance de l'ordre de 2,5% voire 3%. "Cela pourrait être plus proche des 2,5%" en raison des difficultés de Boeing, un poids lourd des exportations américaines, a-t-il expliqué. "Sinon, cela aurait été 3%", a-t-il assuré. Le constructeur américain est confronté à une crise inédite avec l'immobilisation depuis près d'un an de toute la flotte mondiale de ses appareils 737 MAX après deux accidents tragiques. Il s'est résolu à arrêter début janvier la production de son avion vedette faute de pouvoir le livrer aux compagnies clientes, ce qui va peser dans les exportations américaines. La croissance américaine s'est élevée à 3,1% au premier trimestre 2019, à 2% au deuxième trimestre et à 2,1% au troisième trimestre en rythme annuel. Le traité commercial sino-américain, qui doit être signé mercredi prochain à Washington, sera partiel. "Il ne comprend pas" tous les sujets de contentieux, a reconnu Steven Mnuchin. Il n'en demeure pas moins que "pour la première fois, nous avons un accord complet sur les problématiques technologiques, les services financiers, les achats" supplémentaires de biens chinois ainsi qu'un "vrai mécanisme pour faire appliquer" l'accord, a-t-il fait valoir. Le ministre de Donald Trump a indiqué que les questions de cybersécurité, autre grosse pomme de discorde avec Pékin, feraient partie de la seconde phase de l'accord dont les négociations doivent commencer dans la foulée de la signature de la phase 1. Cet accord "est une grande victoire pour le président" Donald Trump qui brigue une second mandat, a-t-il conclu. (Belga)

"Il ne fait aucun doute que l'AEUMC (accord États-Unis, Mexique, Canada) et l'accord avec la Chine vont ajouter de la croissance de manière significative", a déclaré Steven Mnuchin sur Fox News, qualifiant l'accord avec Pékin de "traité historique". "Nous nous attendons avec impatience à une économie en bonne santé en 2020", a-t-il également déclaré. Alors que les chiffres de la croissance du dernier trimestre 2019 seront dévoilés le 30 janvier, il a rappelé que le gouvernement s'attendait pour l'an passé à une croissance de l'ordre de 2,5% voire 3%. "Cela pourrait être plus proche des 2,5%" en raison des difficultés de Boeing, un poids lourd des exportations américaines, a-t-il expliqué. "Sinon, cela aurait été 3%", a-t-il assuré. Le constructeur américain est confronté à une crise inédite avec l'immobilisation depuis près d'un an de toute la flotte mondiale de ses appareils 737 MAX après deux accidents tragiques. Il s'est résolu à arrêter début janvier la production de son avion vedette faute de pouvoir le livrer aux compagnies clientes, ce qui va peser dans les exportations américaines. La croissance américaine s'est élevée à 3,1% au premier trimestre 2019, à 2% au deuxième trimestre et à 2,1% au troisième trimestre en rythme annuel. Le traité commercial sino-américain, qui doit être signé mercredi prochain à Washington, sera partiel. "Il ne comprend pas" tous les sujets de contentieux, a reconnu Steven Mnuchin. Il n'en demeure pas moins que "pour la première fois, nous avons un accord complet sur les problématiques technologiques, les services financiers, les achats" supplémentaires de biens chinois ainsi qu'un "vrai mécanisme pour faire appliquer" l'accord, a-t-il fait valoir. Le ministre de Donald Trump a indiqué que les questions de cybersécurité, autre grosse pomme de discorde avec Pékin, feraient partie de la seconde phase de l'accord dont les négociations doivent commencer dans la foulée de la signature de la phase 1. Cet accord "est une grande victoire pour le président" Donald Trump qui brigue une second mandat, a-t-il conclu. (Belga)