KPN dispose de batteries à travers tous les Pays-Bas pour faire face à d'éventuelles coupures d'électricité mais celles-ci sont plutôt rares chez nos voisins, ce qui fait que ces batteries ne sont pas tellement utilisées. Ces batteries pourraient être rechargées avec de l'énergie solaire ou éolienne en surplus et l'électricité ainsi stockée serait renvoyée dans le réseau lors de pics de consommation, envisage KPN, qui entend ainsi jouer un rôle dans la transition vers les énergies renouvelables. L'étude de l'opérateur néerlandais va s'étaler sur six mois et sera menée à Amersfoort, dans le centre du pays, avec notamment la collaboration du fournisseur d'énergie Eneco.

KPN dispose de batteries à travers tous les Pays-Bas pour faire face à d'éventuelles coupures d'électricité mais celles-ci sont plutôt rares chez nos voisins, ce qui fait que ces batteries ne sont pas tellement utilisées. Ces batteries pourraient être rechargées avec de l'énergie solaire ou éolienne en surplus et l'électricité ainsi stockée serait renvoyée dans le réseau lors de pics de consommation, envisage KPN, qui entend ainsi jouer un rôle dans la transition vers les énergies renouvelables. L'étude de l'opérateur néerlandais va s'étaler sur six mois et sera menée à Amersfoort, dans le centre du pays, avec notamment la collaboration du fournisseur d'énergie Eneco.