"Alors qu'un homme sur quatre (25,5%) a signé un contrat à temps partiel lors de son recrutement, cette proportion monte à une personne sur deux pour les femmes (48%). Ce ratio hommes/femmes (1,9) est resté le même qu'en 2019", précise Securex. Comme en 2019, les recrutements en 2020 ont été légèrement mieux répartis entre les sexes que la population active actuelle: 45,5% des nouveaux contrats concernaient des femmes; 54,5% des hommes. C'est mieux que les contrats actuels en cours (42% de femmes contre 58% d'hommes) et que l'ensemble de la population active en 2020 (41% contre 59%). Selon Securex, en matière de recrutement, ce sont surtout les plus jeunes (moins de 25 ans) et les plus âgés (60 ans et +) qui se retrouvent plus souvent à travailler à temps partiel, tant pour les hommes que pour les femmes. "Les femmes sont toujours plus susceptibles que les hommes d'assumer des obligations familiales non formelles au sein de leur famille. Le fait que les femmes entre 25 et 35 ans prennent moins souvent un nouvel emploi à temps partiel est probablement dû au fait que les femmes font souvent changer leur contrat existant pour un à temps partiel dès qu'elles ont des enfants par exemple, plutôt que de chercher ailleurs un nouvel emploi à temps partiel", explique Heidi Verlinden de Securex. "Dès que les enfants quittent la maison, et que la maison est payée, les femmes commencent plus souvent que les hommes un nouvel emploi avec un contrat à temps partiel. Probablement parce qu'elles ne veulent plus d'emploi à temps plein, ou parce que d'autres membres de la famille ont besoin de soins", ajoute-t-elle. (Belga)

"Alors qu'un homme sur quatre (25,5%) a signé un contrat à temps partiel lors de son recrutement, cette proportion monte à une personne sur deux pour les femmes (48%). Ce ratio hommes/femmes (1,9) est resté le même qu'en 2019", précise Securex. Comme en 2019, les recrutements en 2020 ont été légèrement mieux répartis entre les sexes que la population active actuelle: 45,5% des nouveaux contrats concernaient des femmes; 54,5% des hommes. C'est mieux que les contrats actuels en cours (42% de femmes contre 58% d'hommes) et que l'ensemble de la population active en 2020 (41% contre 59%). Selon Securex, en matière de recrutement, ce sont surtout les plus jeunes (moins de 25 ans) et les plus âgés (60 ans et +) qui se retrouvent plus souvent à travailler à temps partiel, tant pour les hommes que pour les femmes. "Les femmes sont toujours plus susceptibles que les hommes d'assumer des obligations familiales non formelles au sein de leur famille. Le fait que les femmes entre 25 et 35 ans prennent moins souvent un nouvel emploi à temps partiel est probablement dû au fait que les femmes font souvent changer leur contrat existant pour un à temps partiel dès qu'elles ont des enfants par exemple, plutôt que de chercher ailleurs un nouvel emploi à temps partiel", explique Heidi Verlinden de Securex. "Dès que les enfants quittent la maison, et que la maison est payée, les femmes commencent plus souvent que les hommes un nouvel emploi avec un contrat à temps partiel. Probablement parce qu'elles ne veulent plus d'emploi à temps plein, ou parce que d'autres membres de la famille ont besoin de soins", ajoute-t-elle. (Belga)