Décédé en 2011, Steve Jobs pensait que très peu de personnes méritaient son respect. Le monde était, selon lui, constitué en grande partie d'abrutis ou d'idiots qui n'en avaient pas conscience. Jony Ive faisait partie du cercle très fermé des personnes que Steve Jobs acceptait d'écouter.

Le spécialiste influenceur d'Apple John Gruber compare le duo Jobs-Ive à John Lennon et à Paul McCartney des Beatles : deux génies qui se rendaient mutuellement meilleurs. Sans Jony Ive, Steve Jobs n'aurait jamais pu sauver Apple de la faillite et en faire le fabricant électronique le plus puissant au monde.

Le premier entretien entre ces deux personnalités en 1996 a bien failli être le dernier. Jony Ive ne travaillait chez Apple que depuis quelques années, mais il dépérissait dans un laboratoire de design. La direction n'accordait presque aucune attention à ses créations. Steve Jobs venait tout juste d'être rappelé par le conseil d'administration d'Apple dans une tentative désespérée de sauver l'entreprise. Son premier passage au poste de CEO au début des années 80 s'était soldé par un échec retentissant. Au cours des premiers mois qui ont suivi son retour, Steve Jobs s'affairait surtout à licencier du personnel et Jony Ive supposait qu'il serait le prochain sur la liste. Dans une interview accordée au New Yorker en 2015, le designer a expliqué que, lors de leur première rencontre, il avait sa lettre de démission en poche.

iMac

Mais les choses n'en sont pas arrivées là. Steve Jobs a vu les dessins de Jony Ive et a conclu qu'il avait en face de lui un designer au talent exceptionnel. Jony Ive avait la capacité de donner un véritable statut à l'ordinateur, cette boîte beige dissimulée sous un bureau. Il allait contribuer à marquer la résurrection d'Apple en dessinant l'iMac, un ordinateur logé dans un boîtier coloré et translucide. Après l'iMac, il a également offert une identité propre à la marque en imaginant des designs épurés mais accrocheurs pour, dans l'ordre, l'iPod, l'iPhone, l'iPad et l'Apple Watch.

Après le décès de Steve Jobs, certaines informations ont fuité au sujet du processus de conception. Avec une équipe réduite d'une dizaine de designers, Jony Ive travaillait en permanence à de nouveaux designs pour la gamme croissante de produits. Steve Jobs venait presque quotidiennement jeter un coup d'oeil. Si son patron était mal luné, Jony Ive lui dissimulait des prototypes importants, mais inachevés. Il voulait éviter qu'un Jobs en colère ne donne pas sa chance au projet ou qu'il licencie sur-le-champ le premier qu'il croiserait. Le CEO poussait Jony Ive et son équipe à l'extrême, mais le designer maîtrisait son boss.

Jony Ive était également l'un des rares collaborateurs d'Apple que Steve Jobs tolérait à ses côtés sur le devant de la scène. Il s'est avéré ultérieurement que c'était un coup dans un mille puisque quand Jobs est décédé d'un cancer du pancréas en 2011, les fans et les investisseurs ne sont pas inquiétés : Jony Ive protégerait l'héritage design du fondateur. En 2012, Jony Ive s'est servi de ce statut pour mettre hors-jeu un autre homme de confiance de Jobs. Scott Forstall était responsable du système d'exploitation mobile iOS. Jony Ive entendait donner à celui-ci un look simple et plus abstrait. À l'inverse, Scott Forstall voulait par exemple que l'application contact s'apparente à un carnet d'adresses avec une couverture en cuir ou l'app note à un carnet ligné. Ce côté rétro devrait permettre aux utilisateurs qui n'étaient pas trop habitués aux ordinateurs de se familiariser au logiciel, une stratégie que Steve Jobs avait d'ailleurs toujours soutenue. Les tensions entre les deux hommes étaient si fortes que Tim Cook, le successeur de Jobs, a dû choisir lequel il allait garder à bord. Élément indispensable, Jony Ive est devenu directeur de la conception et a obtenu le contrôle total sur le design du logiciel. Scott Forstall a lui été prié de plier bagages, non sans un gigantesque parachute doré. Il produit aujourd'hui des comédies musicales.

Plus architecte que designer

Mais bien vite, de nouvelles rumeurs ont commencé à circuler à propos du départ de Jony Ive. Lassé du rythme infernal imposé par Apple, il aurait souhaité retourner en Grande-Bretagne avec sa famille. Il semblait aussi quelque peu blasé des ordinateurs car il s'est mis à consacrer beaucoup de temps à la construction d'Apple Park. Mais quand la marque à la pomme a pris possession de son nouveau siège futuriste en 2017, Jony Ive a repris pleinement la direction de l'équipe de conception. Comme s'il était parti pour rester chez Apple jusqu'à sa retraite.

C'est la raison pour laquelle son départ est à la fois une surprise et un coup dur pour Apple. Le cours de l'action a immédiatement accusé une chute de 1%, soit 9 milliards de dollars. Bien qu'Apple souligne que Jony Ive continuera à conseiller l'entreprise, il est évident que le designer a envie d'autre chose. Apple est confronté à la lourde tâche de remplacer une personne qui, aux yeux du monde extérieur, est irremplaçable. Mais ce départ représente également un défi pour Jony Ive lui-même. Peut-il véritablement sortir de l'ombre de Steve Jobs ?

Traduction : virginie·dupont·sprl