"Il y a place dans ce pays pour la réussite de Charleroi et Liège, ainsi que de Bruxelles-National, chacun ayant des caractéristiques et des potentialités différentes", est d'avis le ministre des aéroports wallons. "Quant à rallumer la guerre entre les bassins de Liège et Charleroi, il n'y a pas de raison. Les deux aéroports wallons sont complémentaires. Avoir développé l'offre passagers à Charleroi et le fret à Liège ne signifie pas être hermétique à la complémentarité", explique-t-il. "La spécialisation de l'un ne doit pas empêcher l'autre d'agir. Pour que les complémentarités puissent se renforcer, il faut une structure. C'est ce qui a manqué dans le passé", note le ministre. Il précise qu'un comité stratégique dans lequel sont impliqués les responsables du gouvernement, de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) mais aussi les gestionnaires des deux aéroports a été créé. Ce comité se réunira officiellement pour la première fois le 18 janvier. "Les tensions entre les aéroports sont plus souvent entre les hommes, pas les structures", conclut-il. (Belga)

"Il y a place dans ce pays pour la réussite de Charleroi et Liège, ainsi que de Bruxelles-National, chacun ayant des caractéristiques et des potentialités différentes", est d'avis le ministre des aéroports wallons. "Quant à rallumer la guerre entre les bassins de Liège et Charleroi, il n'y a pas de raison. Les deux aéroports wallons sont complémentaires. Avoir développé l'offre passagers à Charleroi et le fret à Liège ne signifie pas être hermétique à la complémentarité", explique-t-il. "La spécialisation de l'un ne doit pas empêcher l'autre d'agir. Pour que les complémentarités puissent se renforcer, il faut une structure. C'est ce qui a manqué dans le passé", note le ministre. Il précise qu'un comité stratégique dans lequel sont impliqués les responsables du gouvernement, de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) mais aussi les gestionnaires des deux aéroports a été créé. Ce comité se réunira officiellement pour la première fois le 18 janvier. "Les tensions entre les aéroports sont plus souvent entre les hommes, pas les structures", conclut-il. (Belga)