Le groupe continuera toutefois à payer ses 62.000 salariés dans le pays, a affirmé dans un message le directeur général de l'entreprise, Chris Kempczinski. McDonald's était un peu devenu aux États-Unis le symbole des grandes entreprises ayant choisi jusqu'à présent de ne pas quitter la Russie, près de deux semaines après l'invasion de l'Ukraine. Le mot-clé #BoycottMcDonalds était récemment apparu sur les réseaux sociaux. "La situation est extraordinairement difficile pour une marque mondiale comme la nôtre et il y a de nombreuses considérations à prendre en compte", a souligné M. Kempczinski dans son message en évoquant les salariés, mais aussi les fournisseurs et les clients. La Russie, où McDonald's gère directement plus de 80% des restaurants portant son nom, représente 9% du chiffre d'affaires du groupe et 3% de son bénéfice opérationnel. "Dans le même temps, respecter nos valeurs signifie que nous ne pouvons pas ignorer les souffrances humaines inutiles qui se déroulent en Ukraine", a-t-il ajouté. McDonald's "continuera d'évaluer la situation et de déterminer si des mesures supplémentaires sont nécessaires", a souligné le responsable. Il est actuellement "impossible de prédire" quand les restaurants pourront rouvrir, a aussi indiqué M. Kempczinski: en plus de la situation humanitaire, le groupe doit gérer les perturbations dans sa chaîne d'approvisionnement et d'autres problèmes opérationnels. (Belga)

Le groupe continuera toutefois à payer ses 62.000 salariés dans le pays, a affirmé dans un message le directeur général de l'entreprise, Chris Kempczinski. McDonald's était un peu devenu aux États-Unis le symbole des grandes entreprises ayant choisi jusqu'à présent de ne pas quitter la Russie, près de deux semaines après l'invasion de l'Ukraine. Le mot-clé #BoycottMcDonalds était récemment apparu sur les réseaux sociaux. "La situation est extraordinairement difficile pour une marque mondiale comme la nôtre et il y a de nombreuses considérations à prendre en compte", a souligné M. Kempczinski dans son message en évoquant les salariés, mais aussi les fournisseurs et les clients. La Russie, où McDonald's gère directement plus de 80% des restaurants portant son nom, représente 9% du chiffre d'affaires du groupe et 3% de son bénéfice opérationnel. "Dans le même temps, respecter nos valeurs signifie que nous ne pouvons pas ignorer les souffrances humaines inutiles qui se déroulent en Ukraine", a-t-il ajouté. McDonald's "continuera d'évaluer la situation et de déterminer si des mesures supplémentaires sont nécessaires", a souligné le responsable. Il est actuellement "impossible de prédire" quand les restaurants pourront rouvrir, a aussi indiqué M. Kempczinski: en plus de la situation humanitaire, le groupe doit gérer les perturbations dans sa chaîne d'approvisionnement et d'autres problèmes opérationnels. (Belga)