Selon la CEO, qui donnait une interview à France Inter, le vrai problème est pour l'hiver prochain. S'il est décidé de ne plus importer de gaz russe, il sera difficile de trouver suffisamment de gaz pour les stocks européens. Dans un tel scénario, il faudrait, selon elle, une intervention gouvernementale, comme le plafonnement des prix et la limitation de la demande. La Russie fournit 40% du gaz naturel en Europe. En Belgique, le gaz vendu par Engie, leader du marché, provient à 20% de Russie. (Belga)

Selon la CEO, qui donnait une interview à France Inter, le vrai problème est pour l'hiver prochain. S'il est décidé de ne plus importer de gaz russe, il sera difficile de trouver suffisamment de gaz pour les stocks européens. Dans un tel scénario, il faudrait, selon elle, une intervention gouvernementale, comme le plafonnement des prix et la limitation de la demande. La Russie fournit 40% du gaz naturel en Europe. En Belgique, le gaz vendu par Engie, leader du marché, provient à 20% de Russie. (Belga)