Quelque 500.000 tonnes d'exportations de diesel russes sont menacées en mars, un volume qui risque d'augmenter en avril en raison de sanctions plus sévères de l'Occident, ressort-il d'une présentation d'Energy Aspects. Les stocks européens de diesel devraient descendre en mars sous les 390 millions de barils. Les problèmes de chargement dans les ports en Russie perturbent aussi la production des raffineries russes, souligne Energy Aspects. La pénurie structurelle de carburants en Europe risque dès lors de s'aggraver au deuxième trimestre. La demande soutenue par la reprise économique après la pandémie de Covid-19 poussait déjà les prix de l'énergie vers le haut. L'Europe dépend davantage de la Russie pour le diesel que pour l'essence. (Belga)

Quelque 500.000 tonnes d'exportations de diesel russes sont menacées en mars, un volume qui risque d'augmenter en avril en raison de sanctions plus sévères de l'Occident, ressort-il d'une présentation d'Energy Aspects. Les stocks européens de diesel devraient descendre en mars sous les 390 millions de barils. Les problèmes de chargement dans les ports en Russie perturbent aussi la production des raffineries russes, souligne Energy Aspects. La pénurie structurelle de carburants en Europe risque dès lors de s'aggraver au deuxième trimestre. La demande soutenue par la reprise économique après la pandémie de Covid-19 poussait déjà les prix de l'énergie vers le haut. L'Europe dépend davantage de la Russie pour le diesel que pour l'essence. (Belga)