KLM, dont deux vols vers Saint-Pétersbourg et Moscou ont rebroussé chemin en plein vol samedi, justifie sa décision par les sanctions européennes qui frappent la Russie après l'invasion de l'Ukraine. Dans le cadre des sanctions, il n'est en effet plus permis d'envoyer vers la Russie des pièces de rechange pour avions, même pour l'usage propre de la compagnie aérienne. "Cela signifie que nous ne pouvons plus garantir que nos vols vers et via la Russie pourront revenir en toute sécurité", explique la compagnie néerlandaise. (Belga)

KLM, dont deux vols vers Saint-Pétersbourg et Moscou ont rebroussé chemin en plein vol samedi, justifie sa décision par les sanctions européennes qui frappent la Russie après l'invasion de l'Ukraine. Dans le cadre des sanctions, il n'est en effet plus permis d'envoyer vers la Russie des pièces de rechange pour avions, même pour l'usage propre de la compagnie aérienne. "Cela signifie que nous ne pouvons plus garantir que nos vols vers et via la Russie pourront revenir en toute sécurité", explique la compagnie néerlandaise. (Belga)