Les intervenants, accompagnés de l'avocat Denis Gouzée, ont exposé la situation actuelle aux agents bancaires indépendants qu'ils estiment être "les oubliés du désastre". "On a l'air de dire que ING c'est 1.700 personnes qui vont passer à la trappe mais ça pourrait être plus avec les agents indépendants", a commencé Alain Winand, président de l'UPIB. S'y ajoutent en effet les quelque 2.000 personnes occupées dans les 500 agences Record Bank et les 250 agences ING indépendantes. Depuis l'annonce d'une restructuration massive le 3 octobre dernier, la FEPRABEL et l'UPIB ne sont pas restées sans rien faire et ont déjà "mené des actions vers le politique". "On essaie d'avoir des réponses à nos questions. Les questions sont nombreuses mais les réponses ne le sont pas", a déploré Alain Winand. "Le groupe ING se retranche systématiquement derrière la loi Renault pour ne pas communiquer. Or, nous pensons que la loi Renault ne s'applique pas à nous comme nous sommes des indépendants", a adressé à l'assemblée Jean-Christophe Close, agent indépendant Record Bank. (Belga)