"L'assouplissement monétaire sans précédent depuis le début de la grande crise financière a soulevé des inquiétudes sur le fait que la politique monétaire ait pu contribuer aux inégalités", ont constaté Dietrich Domanski, Michela Scatigna et Anna Zabai, les auteurs de cette étude. Pour empêcher les systèmes financiers de dérailler aux lendemains de la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, les banques centrales avaient multiplié les mesures non-conventionnelles. Elles avaient abaissé les taux d'intérêt à des niveaux extrêmement bas et injecté des liquidités par le biais de politiques d'assouplissement quantitatif qui impliquaient de vastes programmes de rachat d'actifs. Or deux arguments semblent soutenir l'idée que ces politiques exceptionnelles ont pu contribuer à exacerber les écarts de richesses, le premier étant que la courbe des rendements, proche de zéro sur une très longue période, a impacté durablement la valorisation des actifs. Le second est que ces politiques exceptionnelles ont ciblé spécifiquement certains marchés, comme par exemple l'immobilier. (Belga)

"L'assouplissement monétaire sans précédent depuis le début de la grande crise financière a soulevé des inquiétudes sur le fait que la politique monétaire ait pu contribuer aux inégalités", ont constaté Dietrich Domanski, Michela Scatigna et Anna Zabai, les auteurs de cette étude. Pour empêcher les systèmes financiers de dérailler aux lendemains de la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, les banques centrales avaient multiplié les mesures non-conventionnelles. Elles avaient abaissé les taux d'intérêt à des niveaux extrêmement bas et injecté des liquidités par le biais de politiques d'assouplissement quantitatif qui impliquaient de vastes programmes de rachat d'actifs. Or deux arguments semblent soutenir l'idée que ces politiques exceptionnelles ont pu contribuer à exacerber les écarts de richesses, le premier étant que la courbe des rendements, proche de zéro sur une très longue période, a impacté durablement la valorisation des actifs. Le second est que ces politiques exceptionnelles ont ciblé spécifiquement certains marchés, comme par exemple l'immobilier. (Belga)