Début septembre, L'Obs révélait un vaste scandale d'évasion fiscale au centre duquel se trouve la société de gestion de fortune Helin, sur base d'une masse de documents appelés les "Dubai Papers". Fondé par Henri de Croÿ en 2007, Helin s'est spécialisée dans la gestion discrète de la fortune d'environ 200 personnalités, dont des footballeurs, oligarques russes ou hauts cadres d'entreprises. La société est aujourd'hui détenue par la banquière britannique Geraldine Whittaker via le trust W Trust. Henri de Croÿ a quant à lui abandonné ses responsabilités de gestion pour devenir "simple consultant", affirme-t-il au journal suisse Le Matin. "Je n'ai commis aucune infraction pénale. Le groupe Helin fait de la gestion de fortune. Il pratique l'optimisation fiscale, comme toutes les fiduciaires et toutes les banques suisses. Ce n'est peut-être pas très moral pour certains, mais ce n'est pas illégal aux yeux de la loi. En revanche, je n'ai jamais utilisé Helin pour mettre en place un système de blanchiment d'argent ou de fraude fiscale", déclare le prince belge. "Mais je n'exclus pas des erreurs par les administrateurs qui sont arrivés après moi dans l'entreprise. Elles sont toujours possibles. J'habite en Angleterre et la société se trouve à Ras el Khaïma qui est un émirat des Émirats arabes unis. Je n'en suis pas l'administrateur ni l'actionnaire. François Dejardin est notre gérant et représentant sur place. Il a rompu tous les contacts avec nous." Selon lui, ce gérant est devenu "incontrôlable". Après les révélations de L'Obs, certains clients de Helin ont voulu savoir où se trouvait leur argent. Deux d'entre eux accusent aujourd'hui la société d'avoir perdu la maîtrise de leur fortune et ont déposé plainte à Genève, selon Le Temps. Les sommes égarées se montent à 84 millions d'euros. Une enquête pénale a été ouverte par le procureur de Genève et Henri de Croÿ inculpé. Les avoirs de Helin ont été gelés. Le prince avait déménagé en Suisse à la fin des années 1990. Surnommé "le prince noir" à l'époque, il a été au coeur d'un scandale de fraude fiscale en Belgique dans les années 2000. Après dix ans de procédure, il a finalement été acquitté en 2015. (Belga)

Début septembre, L'Obs révélait un vaste scandale d'évasion fiscale au centre duquel se trouve la société de gestion de fortune Helin, sur base d'une masse de documents appelés les "Dubai Papers". Fondé par Henri de Croÿ en 2007, Helin s'est spécialisée dans la gestion discrète de la fortune d'environ 200 personnalités, dont des footballeurs, oligarques russes ou hauts cadres d'entreprises. La société est aujourd'hui détenue par la banquière britannique Geraldine Whittaker via le trust W Trust. Henri de Croÿ a quant à lui abandonné ses responsabilités de gestion pour devenir "simple consultant", affirme-t-il au journal suisse Le Matin. "Je n'ai commis aucune infraction pénale. Le groupe Helin fait de la gestion de fortune. Il pratique l'optimisation fiscale, comme toutes les fiduciaires et toutes les banques suisses. Ce n'est peut-être pas très moral pour certains, mais ce n'est pas illégal aux yeux de la loi. En revanche, je n'ai jamais utilisé Helin pour mettre en place un système de blanchiment d'argent ou de fraude fiscale", déclare le prince belge. "Mais je n'exclus pas des erreurs par les administrateurs qui sont arrivés après moi dans l'entreprise. Elles sont toujours possibles. J'habite en Angleterre et la société se trouve à Ras el Khaïma qui est un émirat des Émirats arabes unis. Je n'en suis pas l'administrateur ni l'actionnaire. François Dejardin est notre gérant et représentant sur place. Il a rompu tous les contacts avec nous." Selon lui, ce gérant est devenu "incontrôlable". Après les révélations de L'Obs, certains clients de Helin ont voulu savoir où se trouvait leur argent. Deux d'entre eux accusent aujourd'hui la société d'avoir perdu la maîtrise de leur fortune et ont déposé plainte à Genève, selon Le Temps. Les sommes égarées se montent à 84 millions d'euros. Une enquête pénale a été ouverte par le procureur de Genève et Henri de Croÿ inculpé. Les avoirs de Helin ont été gelés. Le prince avait déménagé en Suisse à la fin des années 1990. Surnommé "le prince noir" à l'époque, il a été au coeur d'un scandale de fraude fiscale en Belgique dans les années 2000. Après dix ans de procédure, il a finalement été acquitté en 2015. (Belga)