Ce lundi marque le cinquième jour de grève consécutif chez Aviapartner à Brussels Airport. Un tel conflit social n'est pas une première, et s'est déjà produit chez l'autre manutentionnaire, Swissport. "Il n'y a qu'une façon de changer cette situation: amener un troisième acteur à Zaventem", déclare l'économiste Eddy Van de Voorde (UAntwerpen). "Cela peut amener un peu de sérénité sur le marché en décourageant les grèves, puisqu'il y a d'autres alternatives." La manutention à l'aéroport est liée par une licence. Celle-ci semble protéger le marché, mais en pratique les deux entreprises se concurrencent et proposent des prix tassés. La dette d'Aviapartner s'élève à 50 millions d'euros. Le spécialiste de l'aviation Luk De Wilde estime que le gouvernement pourrait être plus actif dans le dossier. Mais le ministre de la Mobilité François Bellot renvoie à la loi en vigueur selon laquelle il ne pourra y avoir de troisième manutentionnaire que lorsque l'aéroport accueillera au moins deux fois 24 millions de passagers sur un an. Le cap a été passé pour la première fois en 2017. (Belga)

Ce lundi marque le cinquième jour de grève consécutif chez Aviapartner à Brussels Airport. Un tel conflit social n'est pas une première, et s'est déjà produit chez l'autre manutentionnaire, Swissport. "Il n'y a qu'une façon de changer cette situation: amener un troisième acteur à Zaventem", déclare l'économiste Eddy Van de Voorde (UAntwerpen). "Cela peut amener un peu de sérénité sur le marché en décourageant les grèves, puisqu'il y a d'autres alternatives." La manutention à l'aéroport est liée par une licence. Celle-ci semble protéger le marché, mais en pratique les deux entreprises se concurrencent et proposent des prix tassés. La dette d'Aviapartner s'élève à 50 millions d'euros. Le spécialiste de l'aviation Luk De Wilde estime que le gouvernement pourrait être plus actif dans le dossier. Mais le ministre de la Mobilité François Bellot renvoie à la loi en vigueur selon laquelle il ne pourra y avoir de troisième manutentionnaire que lorsque l'aéroport accueillera au moins deux fois 24 millions de passagers sur un an. Le cap a été passé pour la première fois en 2017. (Belga)