Le géant suédois de l'ameublement est suspecté de pratiquer "l'écrémage des bénéfices" en transférant ses dettes et ses bénéfices dans différents pays selon la fiscalité en vigueur. L'ouverture de cette enquête intervient à la suite d'un rapport publié en février par les eurodéputés Verts faisant état de la "stratégie de planification fiscale agressive" d'Ikea. Selon ce rapport, la Belgique a perdu 7,5 millions d'euros en 2014 pour cette raison.

Interrogé par Sudpresse, Ikea répond ne pas avoir été contacté par le fisc à ce sujet mais précise avoir toujours payé les impôts dus en Belgique.

Le géant suédois de l'ameublement est suspecté de pratiquer "l'écrémage des bénéfices" en transférant ses dettes et ses bénéfices dans différents pays selon la fiscalité en vigueur. L'ouverture de cette enquête intervient à la suite d'un rapport publié en février par les eurodéputés Verts faisant état de la "stratégie de planification fiscale agressive" d'Ikea. Selon ce rapport, la Belgique a perdu 7,5 millions d'euros en 2014 pour cette raison. Interrogé par Sudpresse, Ikea répond ne pas avoir été contacté par le fisc à ce sujet mais précise avoir toujours payé les impôts dus en Belgique.