Le fondateur et chief research officer, Yves Jongen, s'est souvenu mardi que son objectif de départ était de vendre un cyclotron par an. Dès la première année, quatre étaient vendus et le personnel est passé de 30 à 90 personnes en un an. C'est en 1990, dans un avion entre l'Australie et la Belgique, qu'il a dessiné le premier cyclotron destiné à la protonthérapie. Un premier contrat a été conclu quatre ans plus tard, et le premier patient a été soigné à Boston en 2001. La technologie d'IBA traite aujourd'hui 20.000 patients annuellement dans le monde. L'entreprise néolouvaniste, qui détient 50% des parts de marché du secteur, garde un potentiel d'évolution important. IBA développe également des solutions de dosimétrie, de radiopharmacie et de stérilisation. Elle a signé un contrat début 2016 pour construire un premier centre de protonthérapie en Belgique: celui-ci pourrait être opérationnel en 2018 à Louvain (Brabant flamand). (Belga)