Le "hub" londonien n'a accueilli l'an dernier que 19,4 millions de passagers, soit un quart de ses niveaux pré-pandémie et 12,3% de moins qu'en 2020, selon les données publiées par Heathrow dans un communiqué mardi. "Le Covid-19 continue de poser des défis importants à l'industrie du voyage" et rien qu'en décembre "600.000 passagers ont annulé leurs projets de voyage depuis Heathrow en raison d'Omicron et de l'incertitude causée par les restrictions" sur les déplacements internationaux, a indiqué l'aéroport. Le plus fort recul du nombre de passagers l'an dernier a été constaté pour les destinations Asie-Pacifique (-40,3%), Europe hors-UE (-13,8%) et Amérique du Nord (-13,6%). L'Union européenne a été un peu moins touchée (-9,9%). Heathrow dit avoir "des doutes importants sur la vitesse à laquelle la demande se redressera" alors que les prévisions de l'Association internationale du transport aérien (Iata) "suggèrent que le nombre de passagers ne retrouvera pas ses niveaux pré-pandémie avant 2025". Alors que l'Angleterre a déjà assoupli la semaine dernière les exigences de tests de dépistage du Covid-19 pour les nouvelles arrivées, le groupe aéroportuaire "exhorte le gouvernement britannique à supprimer tous les tests pour les passagers entièrement vaccinés". Il demande en outre l'adoption de règles de conduite plus prévisibles et circonscrites "pour toute apparition de variants préoccupants à l'avenir". Heathrow avait annoncé en octobre avoir accumulé un total de 3,4 milliards de livres de pertes depuis le début de la pandémie et indiquait avoir continué à perdre de l'argent sur les trois premiers trimestres de 2021 malgré la levée des restrictions sanitaires. (Belga)

Le "hub" londonien n'a accueilli l'an dernier que 19,4 millions de passagers, soit un quart de ses niveaux pré-pandémie et 12,3% de moins qu'en 2020, selon les données publiées par Heathrow dans un communiqué mardi. "Le Covid-19 continue de poser des défis importants à l'industrie du voyage" et rien qu'en décembre "600.000 passagers ont annulé leurs projets de voyage depuis Heathrow en raison d'Omicron et de l'incertitude causée par les restrictions" sur les déplacements internationaux, a indiqué l'aéroport. Le plus fort recul du nombre de passagers l'an dernier a été constaté pour les destinations Asie-Pacifique (-40,3%), Europe hors-UE (-13,8%) et Amérique du Nord (-13,6%). L'Union européenne a été un peu moins touchée (-9,9%). Heathrow dit avoir "des doutes importants sur la vitesse à laquelle la demande se redressera" alors que les prévisions de l'Association internationale du transport aérien (Iata) "suggèrent que le nombre de passagers ne retrouvera pas ses niveaux pré-pandémie avant 2025". Alors que l'Angleterre a déjà assoupli la semaine dernière les exigences de tests de dépistage du Covid-19 pour les nouvelles arrivées, le groupe aéroportuaire "exhorte le gouvernement britannique à supprimer tous les tests pour les passagers entièrement vaccinés". Il demande en outre l'adoption de règles de conduite plus prévisibles et circonscrites "pour toute apparition de variants préoccupants à l'avenir". Heathrow avait annoncé en octobre avoir accumulé un total de 3,4 milliards de livres de pertes depuis le début de la pandémie et indiquait avoir continué à perdre de l'argent sur les trois premiers trimestres de 2021 malgré la levée des restrictions sanitaires. (Belga)