"La demande des marchés des pneumatiques et de la construction est restée forte et a engendré une croissance solide des volumes. Cette croissance a été plus qu'annihilée par le ralentissement sur les marchés du fil d'acier industriel et la baisse des ventes du fil à scier", précise l'entreprise sise à Courtrai.

Les perspectives pour 2019 restent inchangées à celles présentées avec le rapport annuel 2018. "Dans la perspective actuelle, et dans la mesure où il n'y aura pas de circonstances exceptionnelles et imprévisibles, telles qu'une récession de grande ampleur, nous prévoyons des volumes stables en 2019": avec un renforcement des marchés du caoutchouc pour pneumatiques et des produits de construction et une demande "toujours faible" dans le secteur des solutions de fil d'acier au niveau mondial.

Bekaert a annoncé fin mars des plans de restructuration en Belgique. Ils comprennent l'intention de réduire et arrêter certaines activités et pourraient coûter 281 emplois. "La procédure de consultation est en cours: la direction et les partenaires sociaux évaluent les options permettant d'atténuer l'impact social de la restructuration envisagée", précise le groupe.

"La demande des marchés des pneumatiques et de la construction est restée forte et a engendré une croissance solide des volumes. Cette croissance a été plus qu'annihilée par le ralentissement sur les marchés du fil d'acier industriel et la baisse des ventes du fil à scier", précise l'entreprise sise à Courtrai. Les perspectives pour 2019 restent inchangées à celles présentées avec le rapport annuel 2018. "Dans la perspective actuelle, et dans la mesure où il n'y aura pas de circonstances exceptionnelles et imprévisibles, telles qu'une récession de grande ampleur, nous prévoyons des volumes stables en 2019": avec un renforcement des marchés du caoutchouc pour pneumatiques et des produits de construction et une demande "toujours faible" dans le secteur des solutions de fil d'acier au niveau mondial. Bekaert a annoncé fin mars des plans de restructuration en Belgique. Ils comprennent l'intention de réduire et arrêter certaines activités et pourraient coûter 281 emplois. "La procédure de consultation est en cours: la direction et les partenaires sociaux évaluent les options permettant d'atténuer l'impact social de la restructuration envisagée", précise le groupe.