"Malheureusement, la réunion a débouché sur rien du tout: aucune proposition de la direction. Nous voulions la même règle pour les ouvriers que celle qui est appliquée pour les employés et les cadres en cas de départ volontaire. A savoir le paiement d'une fois et demi le préavis légal calculé selon la fameuse grille Claeys. Mais pour les ouvriers, c'est seulement une fois et demi le préavis légal ouvrier, ce qui ne représente pas grand-chose", indique Imdat Gunes, le président de la délégation syndicale FGTB chez GSK. Le syndicat socialiste fustige également la multiplication des contrats précaires pour les ouvriers, au lieu de contrats à durée indéterminée. De nouvelles réunions sont prévues mardi matin pour que le personnel ouvrier décide de reprendre le travail ou de transformer le débrayage spontané de lundi en un arrêt de travail de plus longue durée. (Belga)

"Malheureusement, la réunion a débouché sur rien du tout: aucune proposition de la direction. Nous voulions la même règle pour les ouvriers que celle qui est appliquée pour les employés et les cadres en cas de départ volontaire. A savoir le paiement d'une fois et demi le préavis légal calculé selon la fameuse grille Claeys. Mais pour les ouvriers, c'est seulement une fois et demi le préavis légal ouvrier, ce qui ne représente pas grand-chose", indique Imdat Gunes, le président de la délégation syndicale FGTB chez GSK. Le syndicat socialiste fustige également la multiplication des contrats précaires pour les ouvriers, au lieu de contrats à durée indéterminée. De nouvelles réunions sont prévues mardi matin pour que le personnel ouvrier décide de reprendre le travail ou de transformer le débrayage spontané de lundi en un arrêt de travail de plus longue durée. (Belga)