Un tour d'horizon réalisé par Agoria auprès d'une centaine de grandes entreprises révèle que 70% d'entre elles subiront une perte de production de moitié en raison de la grève. Et 40% signalent une perte de production totale. La grève aura d'importantes conséquences négatives d'un point de vue économique. "Mais les dégâts en matière de réputation sont beaucoup plus grands que les dégâts en euros", prévient Marc Lambotte. "Ici en Belgique, il y a en permanence quelqu'un qui fait grève", se lamente le patron d'Agoria, jugeant que ce problème est sous-estimé. Cette mauvaise réputation affublée à la Belgique dissuade des entreprises d'investir dans notre pays, selon Agoria. "Nous n'en sentirons l'effet que dans quelques années". Marc Lambotte dit avoir connaissance d'importants investissements qui nous seraient passés sous le nez car les investisseurs potentiels avaient peur des grèves en Belgique. Le patron d'Agoria lance dès lors un appel à une reprise aussi vite que possible de la concertation, "dans l'intérêt des 180.000 travailleurs de l'industrie technologique". (Belga)