Selon Philippe Suinen, "la situation actuelle est doublement dommageable: au niveau d'abord de l'image de la Wallonie, mais aussi quant aux communications de la Wallonie avec l'étranger." Le président de la Chambre du Commerce rappelle l'importance à ses yeux du rétablissement du Thalys wallon Liège-Paris via Namur, Charleroi et Mons ainsi que de la création de liaisons plus rapides entre Charleroi et Amsterdam. "Veut-on faire de la Wallonie un circuit ferroviaire fermé? On se tire en tout cas dans le pied", affirme M. Suinen, ajoutant ne pas juger les organisations syndicales. La grève qui paralyse le rail belge mercredi a été lancée par la CGSP-Cheminots et la CSC-Transcom. Leurs homologues flamands se sont retirés du mouvement. En conséquence, seuls 15% des trains circulaient sur les grands axes en Wallonie, contre 68% en Flandre à l'heure de pointe du matin. (Belga)

Selon Philippe Suinen, "la situation actuelle est doublement dommageable: au niveau d'abord de l'image de la Wallonie, mais aussi quant aux communications de la Wallonie avec l'étranger." Le président de la Chambre du Commerce rappelle l'importance à ses yeux du rétablissement du Thalys wallon Liège-Paris via Namur, Charleroi et Mons ainsi que de la création de liaisons plus rapides entre Charleroi et Amsterdam. "Veut-on faire de la Wallonie un circuit ferroviaire fermé? On se tire en tout cas dans le pied", affirme M. Suinen, ajoutant ne pas juger les organisations syndicales. La grève qui paralyse le rail belge mercredi a été lancée par la CGSP-Cheminots et la CSC-Transcom. Leurs homologues flamands se sont retirés du mouvement. En conséquence, seuls 15% des trains circulaient sur les grands axes en Wallonie, contre 68% en Flandre à l'heure de pointe du matin. (Belga)