Le protocole rédigé lundi comprend plusieurs propositions, dont le remplacement à partir de ce lundi et pour 2016 de chaque membre du personnel qui part et la prime de flexibilité. "On persiste dans la rationalisation", regrette Michel Jacobs. "Il y a un ras-le-bol, un trop plein." "La flexi-prime peut nous satisfaire à partir du moment où elle permet de ne pas perdre trop d'argent, mais si c'est pour rendre obligatoire la rationalisation, là ça blesse au sud du pays", ajoute-t-il. Pour la CSC Services publics, les propositions sont également insuffisantes. "Il y a déjà un problème de sécurité. Plutôt que de remplacer le personnel, il faut engager", souligne Laurence Clamar. De plus, la flexi-prison est davantage bien accueillie dans les prisons du nord du pays, dont "certaines ont déjà appris à travailler autrement". "On a un peu l'impression qu'on assiste à une situation où ce sont les prisons du sud qui sont dans la rue et on répond aux demandes des prisons du nord", déplore-t-elle. Le protocole d'accord sera envoyé à tous les délégués et des assemblées générales seront organisées mardi dans les prisons bruxelloises et wallonnes pour décider des suites à donner au mouvement de grève, en cours depuis près d'une semaine. (Belga)

Le protocole rédigé lundi comprend plusieurs propositions, dont le remplacement à partir de ce lundi et pour 2016 de chaque membre du personnel qui part et la prime de flexibilité. "On persiste dans la rationalisation", regrette Michel Jacobs. "Il y a un ras-le-bol, un trop plein." "La flexi-prime peut nous satisfaire à partir du moment où elle permet de ne pas perdre trop d'argent, mais si c'est pour rendre obligatoire la rationalisation, là ça blesse au sud du pays", ajoute-t-il. Pour la CSC Services publics, les propositions sont également insuffisantes. "Il y a déjà un problème de sécurité. Plutôt que de remplacer le personnel, il faut engager", souligne Laurence Clamar. De plus, la flexi-prison est davantage bien accueillie dans les prisons du nord du pays, dont "certaines ont déjà appris à travailler autrement". "On a un peu l'impression qu'on assiste à une situation où ce sont les prisons du sud qui sont dans la rue et on répond aux demandes des prisons du nord", déplore-t-elle. Le protocole d'accord sera envoyé à tous les délégués et des assemblées générales seront organisées mardi dans les prisons bruxelloises et wallonnes pour décider des suites à donner au mouvement de grève, en cours depuis près d'une semaine. (Belga)