Réclamé depuis plusieurs jours par les organisations syndicales, ce bureau de conciliation composé de représentants de la direction, des syndicats et des travailleurs s'est tenu mercredi matin. Ces deux derniers ont fait part de leurs attentes tandis que la direction a exprimé son point de vue. Le bureau a été suspendu afin de permettre à chaque partie d'analyser les éléments ayant été mis sur la table. Les syndicats ont toutefois souhaité ne pas divulguer le contenu des échanges "afin de maintenir la sérénité des débats", souligne Nadine Vansteeger. Jefar est un centre d'insertion socio-professionnelle qui dispense des formations théoriques et pratiques à des stagiaires. On y dénombre une trentaine d'employés, qui sont des formateurs et coordinateurs. Le 23 janvier dernier, les salariés avaient débrayé, en front commun CNE/Setca, à la suite du licenciement, non-justifié selon eux, d'un coordinateur. Chaque jour depuis le début de la grève, les travailleurs se sont organisés en piquet face à l'entreprise, située sur le quai Mativa à Liège. Ils réclament la réintégration du coordinateur licencié ainsi qu'une amélioration au niveau du management. Ils dénoncent, en effet, un profond malaise au sein de l'entreprise depuis plusieurs années. Selon la secrétaire permanente Setca Nectaria Saroglou, "il y a eu chez Jefar un turn-over de presque 100 % depuis une quinzaine d'années". Le bureau de conciliation reprendra vendredi après-midi. Celui-ci est annoncé au finish. Dans l'attente d'un accord, les travailleurs restent en grève. (Belga)

Réclamé depuis plusieurs jours par les organisations syndicales, ce bureau de conciliation composé de représentants de la direction, des syndicats et des travailleurs s'est tenu mercredi matin. Ces deux derniers ont fait part de leurs attentes tandis que la direction a exprimé son point de vue. Le bureau a été suspendu afin de permettre à chaque partie d'analyser les éléments ayant été mis sur la table. Les syndicats ont toutefois souhaité ne pas divulguer le contenu des échanges "afin de maintenir la sérénité des débats", souligne Nadine Vansteeger. Jefar est un centre d'insertion socio-professionnelle qui dispense des formations théoriques et pratiques à des stagiaires. On y dénombre une trentaine d'employés, qui sont des formateurs et coordinateurs. Le 23 janvier dernier, les salariés avaient débrayé, en front commun CNE/Setca, à la suite du licenciement, non-justifié selon eux, d'un coordinateur. Chaque jour depuis le début de la grève, les travailleurs se sont organisés en piquet face à l'entreprise, située sur le quai Mativa à Liège. Ils réclament la réintégration du coordinateur licencié ainsi qu'une amélioration au niveau du management. Ils dénoncent, en effet, un profond malaise au sein de l'entreprise depuis plusieurs années. Selon la secrétaire permanente Setca Nectaria Saroglou, "il y a eu chez Jefar un turn-over de presque 100 % depuis une quinzaine d'années". Le bureau de conciliation reprendra vendredi après-midi. Celui-ci est annoncé au finish. Dans l'attente d'un accord, les travailleurs restent en grève. (Belga)