La CGSP Cheminots a inscrit son préavis, adressé par recommandé en date du lundi 30 mai au président de HR Rail, Jean-Claude Fontinoy, dans le cadre du préavis de grève déposé le 22 février dernier par la CGSP intersectorielle. Mais HR Rail n'accepte pas ce préavis car elle estime que le délai de huit jours n'a pas été respecté. En outre, l'entreprise estime qu'il ne peut être fait appel à une mesure exceptionnelle pour prolonger l'actuel préavis de grève. "Le contenu de ces préavis de grève ne se limite pas aux motifs du préavis de grève de la CGSP du 22 février. Ces motifs portent sur des mesures gouvernementales alors que les motifs de la CGSP Cheminots concernent des mesures internes aux chemins de fer belges", explique-t-on. L'aile flamande de la CGSP Cheminots a dès lors suspendu son préavis dans "l'attente d'une enquête juridique" et a informé ses membres que la grève ne serait pas couverte. L'aile francophone du syndicat socialiste n'a, par contre, pas suspendu le préavis de grève et couvre bien le mouvement. Le président de la CGSP Cheminots, Michel Abdissi, tente de trouver une solution à cet imbroglio, a-t-on appris de source syndicale. Les cheminots considérés comme étant en absence injustifiée peuvent se voir infliger des sanctions disciplinaires et financières. (Belga)

La CGSP Cheminots a inscrit son préavis, adressé par recommandé en date du lundi 30 mai au président de HR Rail, Jean-Claude Fontinoy, dans le cadre du préavis de grève déposé le 22 février dernier par la CGSP intersectorielle. Mais HR Rail n'accepte pas ce préavis car elle estime que le délai de huit jours n'a pas été respecté. En outre, l'entreprise estime qu'il ne peut être fait appel à une mesure exceptionnelle pour prolonger l'actuel préavis de grève. "Le contenu de ces préavis de grève ne se limite pas aux motifs du préavis de grève de la CGSP du 22 février. Ces motifs portent sur des mesures gouvernementales alors que les motifs de la CGSP Cheminots concernent des mesures internes aux chemins de fer belges", explique-t-on. L'aile flamande de la CGSP Cheminots a dès lors suspendu son préavis dans "l'attente d'une enquête juridique" et a informé ses membres que la grève ne serait pas couverte. L'aile francophone du syndicat socialiste n'a, par contre, pas suspendu le préavis de grève et couvre bien le mouvement. Le président de la CGSP Cheminots, Michel Abdissi, tente de trouver une solution à cet imbroglio, a-t-on appris de source syndicale. Les cheminots considérés comme étant en absence injustifiée peuvent se voir infliger des sanctions disciplinaires et financières. (Belga)