Glencore "a reçu une assignation datée du 2 juillet 2018 du département américain de la Justice à produire des documents et autres enregistrements en application de la loi sur les Pratiques de corruption à l'étranger et des règles de blanchiment d'argent", a indiqué le groupe dans un communiqué.

"Les documents demandés sont liés aux activités commerciales de Glencore au Nigeria, en République démocratique du Congo et au Venezuela de 2007 à aujourd'hui", a-t-il ajouté, sans autre précision. Glencore a annoncé qu'il allait "examiner l'assignation et fournir d'autres informations en temps et en heure".

Le groupe, actif à la fois dans l'extraction minière et le négoce des matières premières telles que le cuivre, le zinc ou le pétrole, a son siège social à Baar, dans le canton suisse de Zoug, mais est coté à la Bourse de Londres. Après l'annonce de cette enquête, le titre chutait de 12,25% à 306,50 pence vers 11h20 sur le marché londonien.

Glencore "a reçu une assignation datée du 2 juillet 2018 du département américain de la Justice à produire des documents et autres enregistrements en application de la loi sur les Pratiques de corruption à l'étranger et des règles de blanchiment d'argent", a indiqué le groupe dans un communiqué. "Les documents demandés sont liés aux activités commerciales de Glencore au Nigeria, en République démocratique du Congo et au Venezuela de 2007 à aujourd'hui", a-t-il ajouté, sans autre précision. Glencore a annoncé qu'il allait "examiner l'assignation et fournir d'autres informations en temps et en heure". Le groupe, actif à la fois dans l'extraction minière et le négoce des matières premières telles que le cuivre, le zinc ou le pétrole, a son siège social à Baar, dans le canton suisse de Zoug, mais est coté à la Bourse de Londres. Après l'annonce de cette enquête, le titre chutait de 12,25% à 306,50 pence vers 11h20 sur le marché londonien.