Le Trésor britannique a publié vendredi soir un communiqué expliquant que le chancelier de l'Echiquier, Philip Hammond, allait dévoiler ces réductions d'impôt à effet immédiat qui profiteront à "496.000 petits commerçants". Le gouvernement va réduire d'un tiers leur taxe professionnelle, un impôt indexé sur la valeur foncière du terrain où la boutique est installée. Les professionnels du secteur demandent à cor et à cri une réforme de cet impôt car ils soulignent qu'avec la montée des prix de l'immobilier au Royaume-Uni depuis le début de la décennie, nombre de commerçants ont vu leur taxe professionnelle monter en flèche. Ce secteur subit de surcroît l'impact d'une baisse de la fréquentation des magasins par les consommateurs, de plus en plus prompts à faire leurs achats sur internet. Les incertitudes entourant le Brexit n'ont pas non plus poussé les Britanniques à la dépense dernièrement. Au final, des milliers d'emplois ont été supprimés ces derniers mois au Royaume-Uni dans les commerces physiques, avec les faillites du spécialiste des vêtements Calvetron, de la branche britannique des magasins de jouets Toys "R" Us, des boutiques de produits électroniques Maplin ou encore des magasins de maxidiscompte Poundworld. Jeudi, les grands magasins Debenhams ont fait part d'une perte annuelle historique et prévenu qu'ils allaient fermer une cinquantaine d'établissements au Royaume-Uni, soit le tiers de leur présence dans le pays, ce qui menace 4.000 emplois. Une autre chaîne de grands magasins populaire au Royaume-Uni, House of Fraser, est aussi en train de fermer plusieurs points de vente pour échapper à ses difficultés financières. Le Trésor n'a toutefois pas précisé si une partie de ces baisses d'impôt allait aider spécifiquement ces chaînes en difficulté. Le gouvernement prévoit par ailleurs une enveloppe distincte de 650 millions de livres pour aider les collectivités locales à redévelopper les centres-villes parfois défigurés par les fermetures en chaîne (Belga)

Le Trésor britannique a publié vendredi soir un communiqué expliquant que le chancelier de l'Echiquier, Philip Hammond, allait dévoiler ces réductions d'impôt à effet immédiat qui profiteront à "496.000 petits commerçants". Le gouvernement va réduire d'un tiers leur taxe professionnelle, un impôt indexé sur la valeur foncière du terrain où la boutique est installée. Les professionnels du secteur demandent à cor et à cri une réforme de cet impôt car ils soulignent qu'avec la montée des prix de l'immobilier au Royaume-Uni depuis le début de la décennie, nombre de commerçants ont vu leur taxe professionnelle monter en flèche. Ce secteur subit de surcroît l'impact d'une baisse de la fréquentation des magasins par les consommateurs, de plus en plus prompts à faire leurs achats sur internet. Les incertitudes entourant le Brexit n'ont pas non plus poussé les Britanniques à la dépense dernièrement. Au final, des milliers d'emplois ont été supprimés ces derniers mois au Royaume-Uni dans les commerces physiques, avec les faillites du spécialiste des vêtements Calvetron, de la branche britannique des magasins de jouets Toys "R" Us, des boutiques de produits électroniques Maplin ou encore des magasins de maxidiscompte Poundworld. Jeudi, les grands magasins Debenhams ont fait part d'une perte annuelle historique et prévenu qu'ils allaient fermer une cinquantaine d'établissements au Royaume-Uni, soit le tiers de leur présence dans le pays, ce qui menace 4.000 emplois. Une autre chaîne de grands magasins populaire au Royaume-Uni, House of Fraser, est aussi en train de fermer plusieurs points de vente pour échapper à ses difficultés financières. Le Trésor n'a toutefois pas précisé si une partie de ces baisses d'impôt allait aider spécifiquement ces chaînes en difficulté. Le gouvernement prévoit par ailleurs une enveloppe distincte de 650 millions de livres pour aider les collectivités locales à redévelopper les centres-villes parfois défigurés par les fermetures en chaîne (Belga)