BEE a obtenu un financement pour la construction d'une nouvelle centrale à biomasse de 100 millions d'euros au 'Coal Terminal' du port de Gand. Outre de électricité, la centrale électrique produira de la chaleur qui sera acheminée par des conduites aux entreprises portuaires environnantes. Le nouveau projet sera beaucoup plus petit que l'investissement initial de 450 millions d'euros. La centrale fonctionnera désormais avec des déchets de bois provenant de parcs à conteneurs et d'entreprises de la région, plutôt que des déchets provenant d'Espagne, d'Afrique et du Brésil, comme prévu initialement. "Il n'y a plus de soutien pour la biomasse importée", déclare le patron de BEE Michael Corten dans De Tijd. "Nous allons acheminer les déchets de bois des environs par bateau fluvial. Ils ne viendront pas d'au-delà d'Amsterdam." La centrale à biomasse de Gand avait entraîné la chute de la ministre flamande de l'énergie de l'époque, Annemie Turtelboom (Open Vld), en 2016. La centrale devait devenir la plus grande du monde, mais elle a été fortement critiquée lorsqu'il s'est avéré qu'elle allait absorber 1,5 milliard d'euros de subventions flamandes sous forme de certificats verts. La taxe tortue qui devait financer le tout avait suscité une telle controverse que le gouvernement flamand avait retiré son soutien aux projets de Gand et de Langerlo. (Belga)

BEE a obtenu un financement pour la construction d'une nouvelle centrale à biomasse de 100 millions d'euros au 'Coal Terminal' du port de Gand. Outre de électricité, la centrale électrique produira de la chaleur qui sera acheminée par des conduites aux entreprises portuaires environnantes. Le nouveau projet sera beaucoup plus petit que l'investissement initial de 450 millions d'euros. La centrale fonctionnera désormais avec des déchets de bois provenant de parcs à conteneurs et d'entreprises de la région, plutôt que des déchets provenant d'Espagne, d'Afrique et du Brésil, comme prévu initialement. "Il n'y a plus de soutien pour la biomasse importée", déclare le patron de BEE Michael Corten dans De Tijd. "Nous allons acheminer les déchets de bois des environs par bateau fluvial. Ils ne viendront pas d'au-delà d'Amsterdam." La centrale à biomasse de Gand avait entraîné la chute de la ministre flamande de l'énergie de l'époque, Annemie Turtelboom (Open Vld), en 2016. La centrale devait devenir la plus grande du monde, mais elle a été fortement critiquée lorsqu'il s'est avéré qu'elle allait absorber 1,5 milliard d'euros de subventions flamandes sous forme de certificats verts. La taxe tortue qui devait financer le tout avait suscité une telle controverse que le gouvernement flamand avait retiré son soutien aux projets de Gand et de Langerlo. (Belga)