Soutenu par le comité social et économique, Eric Vandendriessche, directeur général de Phildar depuis fin 2019 et représentant de la société PP Yarns & Co - créée en août pour reprendre Phildar - a déposé une offre grâce à l'ordonnance du 20 mai 2020. Environ 25 actionnaires, dont 20 sont des membres de la famille Mulliez à titre individuel plus quelques personnes morales comme Finapro et M comme Mutuelle, apporteraient un capital d'environ 12 millions d'euros. Ils investiraient 8 millions d'euros pour en faire une "web company", garderaient 15 magasins sur la centaine actuelle dont 8 succursales, soit 86 salariés -dont 61 au siège- sur les quelque 200 actuellement. L'entreprise, jusqu'ici détenue par l'Association familiale Mulliez (AFM), a réalisé un chiffre d'affaires de 35 M EUR en 2019. En difficulté depuis plusieurs années, le Covid l'aurait "mise à terre" malgré le triplement des ventes en ligne pendant le confinement, selon la direction qui a demandé le placement en procédure de sauvegarde puis en redressement au début de l'été. La société lyonnaise Mondial Tissus, qui se présente comme le premier groupe français de vente de tissu au mètre et de mercerie, veut se consacrer au fil à tricoter et au "do it yourself" avec un investissement de 7 millions d'euros, conserverait 16 magasins et 93 salariés, dont une quarantaine de personnes au siège à Neuville-en-Ferrain. Son DG, Bernard Cherqui, proposerait une cinquantaine de reclassement externe dans les magasins Mondial Tissus, pour les deux-tiers dans les 50km autour des magasins Phildar qui fermeraient. La troisième offre est proposée par le fabricant et vendeur de chaussettes et sous-vêtements Kindy Project, basée dans l'Oise. Son PDG Salih Halassi et Jérémie Nathan, ancien directeur général de Phildar jusque mi-2019, comptent garder 27 magasins succursales, "au moins 139 salariés" et conserver les magasins affiliés, "ce qui représente 50 emplois supplémentaires". Ils investiraient environ 4 millions d'euros en trois ans pour développer des "synergies" avec Kindy, sur le sourcing et la logistique, en introduisait du "homewear" avec des produits Kindy dans les boutiques Phildar. Tous veulent se recentrer sur le tricot et abandonner complètement le prêt-à-porter, qui représente environ 25% du CA aujourd'hui. Le tribunal rendra sa décision le 22 septembre. (Belga)

Soutenu par le comité social et économique, Eric Vandendriessche, directeur général de Phildar depuis fin 2019 et représentant de la société PP Yarns & Co - créée en août pour reprendre Phildar - a déposé une offre grâce à l'ordonnance du 20 mai 2020. Environ 25 actionnaires, dont 20 sont des membres de la famille Mulliez à titre individuel plus quelques personnes morales comme Finapro et M comme Mutuelle, apporteraient un capital d'environ 12 millions d'euros. Ils investiraient 8 millions d'euros pour en faire une "web company", garderaient 15 magasins sur la centaine actuelle dont 8 succursales, soit 86 salariés -dont 61 au siège- sur les quelque 200 actuellement. L'entreprise, jusqu'ici détenue par l'Association familiale Mulliez (AFM), a réalisé un chiffre d'affaires de 35 M EUR en 2019. En difficulté depuis plusieurs années, le Covid l'aurait "mise à terre" malgré le triplement des ventes en ligne pendant le confinement, selon la direction qui a demandé le placement en procédure de sauvegarde puis en redressement au début de l'été. La société lyonnaise Mondial Tissus, qui se présente comme le premier groupe français de vente de tissu au mètre et de mercerie, veut se consacrer au fil à tricoter et au "do it yourself" avec un investissement de 7 millions d'euros, conserverait 16 magasins et 93 salariés, dont une quarantaine de personnes au siège à Neuville-en-Ferrain. Son DG, Bernard Cherqui, proposerait une cinquantaine de reclassement externe dans les magasins Mondial Tissus, pour les deux-tiers dans les 50km autour des magasins Phildar qui fermeraient. La troisième offre est proposée par le fabricant et vendeur de chaussettes et sous-vêtements Kindy Project, basée dans l'Oise. Son PDG Salih Halassi et Jérémie Nathan, ancien directeur général de Phildar jusque mi-2019, comptent garder 27 magasins succursales, "au moins 139 salariés" et conserver les magasins affiliés, "ce qui représente 50 emplois supplémentaires". Ils investiraient environ 4 millions d'euros en trois ans pour développer des "synergies" avec Kindy, sur le sourcing et la logistique, en introduisait du "homewear" avec des produits Kindy dans les boutiques Phildar. Tous veulent se recentrer sur le tricot et abandonner complètement le prêt-à-porter, qui représente environ 25% du CA aujourd'hui. Le tribunal rendra sa décision le 22 septembre. (Belga)