Ailleurs dans le monde, ils sont 12% parmi les employeurs sondés à prévoir de réduire leur masse salariale en raison des évolutions technologiques. "Il ne se passe pas un jour sans que l'on parle de l'impact de la digitalisation, de l'intelligence artificielle et des innovations technologiques sur le monde du travail", explique Manpower, qui s'est dès lors intéressé au futur à court terme en interrogeant 18.000 employeurs, dans 43 pays et territoires, sur leur degré de préparation face à cette 'Révolution des compétences'. Il en ressort que les informaticiens (+26%), les spécialistes en ressources humaines (+20%) et les profils commerciaux (+15%) devraient profiter de l'automatisation croissante de certaines activités économiques. Cependant, selon le spécialiste en ressources humaines, "les travailleurs devront posséder davantage de créativité, d'intelligence émotionnelle et de flexibilité cognitive afin de pouvoir travailler avec les robots, plutôt que d'être remplacés par eux". En effet, les individus ne doivent plus se reposer sur leurs acquis mais faire preuve de curiosité et de motivation afin d'acquérir de nouvelles compétences et de rester employables à long terme, insiste Manpower. Pour ce faire, les entreprises misent de préférence (51%) sur la formation de leur propre personnel via le recyclage et le développement des compétences, plutôt que des ressources externes comme de nouveaux engagements ou l'outsourcing. (Belga)

Ailleurs dans le monde, ils sont 12% parmi les employeurs sondés à prévoir de réduire leur masse salariale en raison des évolutions technologiques. "Il ne se passe pas un jour sans que l'on parle de l'impact de la digitalisation, de l'intelligence artificielle et des innovations technologiques sur le monde du travail", explique Manpower, qui s'est dès lors intéressé au futur à court terme en interrogeant 18.000 employeurs, dans 43 pays et territoires, sur leur degré de préparation face à cette 'Révolution des compétences'. Il en ressort que les informaticiens (+26%), les spécialistes en ressources humaines (+20%) et les profils commerciaux (+15%) devraient profiter de l'automatisation croissante de certaines activités économiques. Cependant, selon le spécialiste en ressources humaines, "les travailleurs devront posséder davantage de créativité, d'intelligence émotionnelle et de flexibilité cognitive afin de pouvoir travailler avec les robots, plutôt que d'être remplacés par eux". En effet, les individus ne doivent plus se reposer sur leurs acquis mais faire preuve de curiosité et de motivation afin d'acquérir de nouvelles compétences et de rester employables à long terme, insiste Manpower. Pour ce faire, les entreprises misent de préférence (51%) sur la formation de leur propre personnel via le recyclage et le développement des compétences, plutôt que des ressources externes comme de nouveaux engagements ou l'outsourcing. (Belga)