Le cabinet Arnauts, qui représentait quelque 1.400 actionnaires "lésés" de l'ex-Fortis, a abouti à la résolution d'un dossier complexe, en 2016, qui opposait ses clients à l'assureur Ageas devant la justice néerlandaise. En mars 2016, Ageas, juridiquement l'héritier de Fortis Holding, avait en effet accepté de verser une somme globale de 1,3 milliard d'euros aux "actionnaires éligibles" couverts par la transaction, toutefois "sans reconnaître une quelconque faute". "Mes clients m'ont donné, par un vote à plus de 99%, instruction de soutenir la transaction avec Ageas, et de ne plus poursuivre le dossier pénal. Je souscris à la position du parquet selon laquelle ce dossier et nos efforts dans celui-ci ont contribué de façon importante à la plus grande transaction jamais réalisée en Europe, cela n'a donc pas servi à rien." Me Arnauts espère que le chemin ouvert par Ageas sera suivi dans d'autres dossiers financiers complexes du même genre. (Belga)

Le cabinet Arnauts, qui représentait quelque 1.400 actionnaires "lésés" de l'ex-Fortis, a abouti à la résolution d'un dossier complexe, en 2016, qui opposait ses clients à l'assureur Ageas devant la justice néerlandaise. En mars 2016, Ageas, juridiquement l'héritier de Fortis Holding, avait en effet accepté de verser une somme globale de 1,3 milliard d'euros aux "actionnaires éligibles" couverts par la transaction, toutefois "sans reconnaître une quelconque faute". "Mes clients m'ont donné, par un vote à plus de 99%, instruction de soutenir la transaction avec Ageas, et de ne plus poursuivre le dossier pénal. Je souscris à la position du parquet selon laquelle ce dossier et nos efforts dans celui-ci ont contribué de façon importante à la plus grande transaction jamais réalisée en Europe, cela n'a donc pas servi à rien." Me Arnauts espère que le chemin ouvert par Ageas sera suivi dans d'autres dossiers financiers complexes du même genre. (Belga)