Cette décision engendrera la fermeture de l'usine dès ce 20 octobre, pour une durée indéterminée tel que prévu par le préavis d'actions déposé à la direction.

La délégation syndicale sollicite une réunion "qui lui est refusée depuis longtemps". Cette rencontre peut se tenir soit avec la direction ou avec le conseil d'administration "pour sortir du conflit et de l'escalade patronale par le haut", estime la délégation syndicale qui est prête à s'effacer pour permettre aux interlocuteurs de la FN de rencontrer ceux de la FGTB.

Le personnel se rendra lundi à Namur, siège du gouvernement wallon, actionnaire principal de l'entreprise d'armement, si rien ne bouge d'ici là.

Ce nouveau conflit entre direction et syndicats intervient alors que le travail n'avait repris que le 11 octobre dernier après 9 jours de grève.

Cette décision engendrera la fermeture de l'usine dès ce 20 octobre, pour une durée indéterminée tel que prévu par le préavis d'actions déposé à la direction.La délégation syndicale sollicite une réunion "qui lui est refusée depuis longtemps". Cette rencontre peut se tenir soit avec la direction ou avec le conseil d'administration "pour sortir du conflit et de l'escalade patronale par le haut", estime la délégation syndicale qui est prête à s'effacer pour permettre aux interlocuteurs de la FN de rencontrer ceux de la FGTB. Le personnel se rendra lundi à Namur, siège du gouvernement wallon, actionnaire principal de l'entreprise d'armement, si rien ne bouge d'ici là. Ce nouveau conflit entre direction et syndicats intervient alors que le travail n'avait repris que le 11 octobre dernier après 9 jours de grève.