Le montant de cette somme est assez gênant car Fluxys est une entreprise qui n'a pas de concurrent et est active sur un marché réglementé. Cela voudrait-il dire que l'on a calculé trop largement les frais d'acheminement et de distribution du gaz dans le pays ? Affirmatif !
...

Le montant de cette somme est assez gênant car Fluxys est une entreprise qui n'a pas de concurrent et est active sur un marché réglementé. Cela voudrait-il dire que l'on a calculé trop largement les frais d'acheminement et de distribution du gaz dans le pays ? Affirmatif ! Les recettes perçues par Fluxys ont été trop généreuses pour deux raisons principales, selon la Creg, le régulateur fédéral de l'énergie. Il y a, d'une part, l'évolution des taux des obligations d'Etat (les OLO), qui sont un des éléments qui entrent en ligne de compte pour le calcul des tarifs. Les taux des OLO ont été en réalité plus bas que prévu. D'autre part, il faut tenir compte de la réduction des coûts opérationnels, une baisse des charges rendue possible par la faiblesse des taux d'intérêt et par des gains d'efficience. Le fruit de ces économies est réparti entre les consommateurs et l'entreprise. Enfin, ajoute encore Fluxys, ce surplus provient aussi de recettes de ventes de services un peu plus importantes que prévu. Ces 370 millions d'euros ne sont donc pas apparus brusquement. La montée en puissance de cette cagnotte avait déjà poussé la Creg à imposer à Fluxys deux diminutions tarifaires (en 2015 et l'an dernier) mais, visiblement, cela n'a pas été suffisant. Une prochaine vague de réductions de tarifs est dans le pipeline. La Creg et Fluxys en effet négocient les prochains prix pour 2020-2023 et la Creg désire ramener le trop-perçu à 100 millions en 2023. Pourquoi garder 100 millions d'euros de solde ? Pour avoir un matelas qui servira à une stabilité tarifaire, explique-t-on chez Fluxys. Il reste que ces quatre prochaines années, Fluxys devrait donc rendre aux consommateurs 270 millions d'euros par le biais de nouvelles baisses de prix. La nouvelle réjouira le consommateur, un peu moins l'actionnaire.